INTERVIEW. Mobile, Internet, loisirs, transports… Les Français souscrivent chaque année davantage d'abonnements. Sont-ils pour autant tous utiles ? Comment éviter d'en payer pour rien ? Éléments de réponse avec Arthur Acker co-fondateur de Superbrosse.
Abonnement : quels sont les pièges à éviter en signant un contrat ?IllustrationIstock
Sommaire

Les abonnements ont le vent en poupe. 50 millions ont été recensés en 2021, détaille Telecoming dans une étude sur l'économie de l'abonnement. Cela représente 9% du marché européen. "L’économie numérique et les habitudes de consommation orientées service obligent les entreprises à changer d’approche. C’est ainsi que pratiquement toutes les entreprises, qu’elles vendent des produits digitaux ou non, voient désormais dans le modèle de l’abonnement un véritable vecteur de croissance ", peut-on lire dans le rapport 2021.

Téléphone, Internet, Netflix, box en tout genre… "Aujourd’hui, les Français souscrivent en moyenne à 3 types d’abonnements : la téléphonie et la box Internet, les loisirs – comprenant les box de produits, la vidéo à la demande (Canal+, Netflix, Prime vidéo….), les services de musiques – et les transports", nous indique Arthur Acker co-fondateur de Superbrosse, entreprise proposant un abonnement de brosse à dents mensuel, bimestriel ou trimestriel aux familles.

"Toujours d’après l’étude réalisée par Telecoming, dans la partie loisirs, l’abonnement le plus plébiscité est celui de la box de produits, comme nous le proposons chez Superbross, sans engagement. Chez nous, l’abonnement est à partir d’un euro par mois. Nous avons voulu mettre en place un système pratique et très accessible afin de permettre à tout le monde de prendre soin de soi et de l’environnement", détaille-t-il.

"Dans le détail, mes consommateurs dépensent en moyenne 70 € pour leurs abonnements mensuels, si l’on comptabilise la téléphonie et Internet. La part consacrée aux loisirs s’élève, elle, à 10 € moyenne", rapporte-t-il.

Abonnements : des souscriptions nombreuses que l’on a tendance à oublier

Or, si certains de ces services sont pratiques et utiles, 33% des Français semblent oublier leur existence. En omettant de les résilier, ils perdent ainsi chaque année des sommes considérables. D’ailleurs 65% d'entre eux ne savent pas combien cela leur coûte par mois, d’après un sondage Ifop pour la start-up Papernest. L’engagement et d’autres pratiques commerciales peuvent constituer des pièges pour le consommateur. Que faire pour y remédier ?

Abonnement : comment éviter les pièges lors de la souscription et après ?

"En amont, il est primordial de se renseigner. S’il est plus en plus commun de souscrire des services sans abonnement, les opérateurs mobiles et internet ou encore les entreprises de transport y restent très attachés. Prêtez donc bien attention aux clauses du contrat, afin de savoir si la signature vaut pour un engagement", conseille Arthur Acker. "Chez Superbross, nous estimons que l’engagement est une pratique commerciale un peu trompeuse, amenée à être limitée ou interdite. Selon nous, une offre pratique et utile pour le consommateur ne nécessite pas un engagement du client. Une personne satisfaite restera. Inutile de la contraindre", assure l’expert.

"Demandez-vous aussi, avant toute signature, si l’abonnement que vous convoitez vous est vraiment nécessaire. Pensez d’ailleurs à regarder le délai de rétraction durant lequel vous pouvez changer d’avis. En le respectant, vous pourrez annuler votre contrat sans frais", ajoute-t-il.

Quels recours pouvez-vous avoir ?

Abonnement : les recours possibles

Un abonnement coûte cher sur la durée. C’est pourquoi il est primordial de se renseigner au maximum sur le service convoité avant de s’engager. "Savoir exactement pour combien de temps vous vous engagez est essentiel. Prenez le réflexe de mettre une alerte sur votre calendrier numérique ou mobile la date de fin de rétractation, pour annuler si besoin un abonnement inutile. En cas d’insatisfaction ou de problème avec une box reçue, vous pouvez également contacter le service après-vente. Les commerciaux pourront faire un geste en annulant l’abonnement, ou bien procéder au remplacement d’un produit ou un remboursement", énumère le co-fondateur de Superbrosse.

Vous n’obtenez pas gain de cause ? "Postez dans ce cas un mauvais avis sur leurs réseaux sociaux, afin que la marque vous recontacte rapidement. En dernier recours, vous pouvez résilier votre contrat et faire appel à des associations de consommateurs, qui pourront, si besoin, mettre en place des actions de communication", conclut-il.

Osons parler d'obsèques ! Conférence en ligne jeudi 2 juin à 15 heures. Olivier Noel, expert en gestion de patrimoine depuis plus de 20 ans répondra à toutes vos questions !

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.