Nicolas Sarkozy, George Bush, Vladimir Poutine, François Fillon ou Jacques Chirac... Ils possèdent tous des animaux de compagnie qui les accompagnent au fil de leur parcours politique. Découvrez quels sont les animaux des hommes politiques !
Nicolas Sarkozy © Aleph/Wikimédia Commons et bébé labrador © Jared and Corin/Wikimédia CommonsNicolas Sarkozy © Aleph/Wikimédia Commons et bébé labrador © Jared and Corin/Wikimédia CommonsCreative Commons
Sommaire

Nicolas Sarkozy

Le maître :Nicolas Sarkozy, Président de la République française.

Les animaux :

  • Big, chihuahua à poil long
  • Indie, labrador
  • Pinpin, lapin nain
  • Estrie, bébé labrador

Au milieu des années 90, alors que Nicolas Sarkozy traversait une période à vide, son seul véritable ami était Indie, un labrador de couleur sable décédé quelques années plus tard. Très peiné par cette disparition, Nicolas Sarkozy n'est pas resté seul bien longtemps. Au ministère de l'Intérieur, Pinpin est entré dans sa vie. Ce petit lapin nain, qui vivait place Beauvau, avait attiré toute l'attention de Nicolas Sarkozy, qui s'en occupait personnellement. Quelques années plus tard, pour le plus grand bonheur de son fils Louis, le président a adopté un petit chihuahua, prénommé Big. Le public a pu faire sa connaissance lors de la réception organisée pour la Fête de la musique en 2007. Tout excité, le petit chien slalomait entre les chaises des invités et personne ne réussissait à l'attraper. Finalement, le président avait saisi la petite bête et l'avait soulevée en trophée.

Dernièrement, en octobre 2008, Nicolas Sarkozy a reçu une petite chienne labrador de deux mois et demi, Estrie. Il s'agissait d'un cadeau de la communauté française de Montréal. Le président, en déplacement aux Etats-Unis, n'avait pas pu ramener la petite chienne et c'était Bernard Laporte, secrétaire d'Etat aux Sports, qui avait rempli ce rôle.

George Bush

Le maître : George Bush, ancien président des Etats-Unis.

Les animaux : Barney (dans les bras de George Bush) et Miss Beazly, deux scottish terrier. India, un chat noir.

Pendant la présidence de George Bush, la relation entre Barney et ses maîtres était tellement fusionnelle que les Américains le surnommaient "the first dog". Devenu superstar, plusieurs sites ont été créés spécialement pour lui sur Internet et il disposait même de sa propre page sur le site officiel de la Maison Blanche. Chaque année, Barney tenait le rôle principal dans la vidéo des traditionnels vœux de Noël de la Maison Blanche.

Mais le pauvre chien a aussi fait l'objet de moqueries. Lors d'une rencontre entre les chefs d'Etats américain et russe, Vladimir Poutine, alors président de Russie, l'avait critiqué en signalant à George Bush qu'un chef d'Etat au rôle de leader mondial se devait d'avoir un chien plus imposant.La famille Bush a également un deuxième scottish terrier, beaucoup moins médiatisée, une petite femelle prénommée Miss Beazly. Ils possédaient aussi un chat noir, India. Acquis par la famille en 1991, il est décédé tout récemment, début janvier 2008, à 18 ans.

Vladimir Poutine

Le maître : Vladimir Poutine, Premier ministre de la Russie.

L'animal : Koni, un labrador noir.

Koni, la chienne de Vladimir Poutine, est une vraie célébrité en Russie. Elle accompagne très souvent son maître lors de déplacements officiels ou lors de réceptions en Russie. En 2007, lors d'un sommet international, elle s'est fait très remarquer en "osant" s'asseoir sur les pieds de la chancelière allemande Angela Merkel . En 2007 toujours, les organisateurs d'un forum économique ont pris connaissance de l'affection particulière de Vladimir Poutine pour Koni. Ils avaient demandé à l'administration présidentielle de leur transmettre une photographie de Vladimir Poutine, pour son badge d'accréditation. En réponse, ils avaient reçu une photo du président en compagnie de sa chienne.

En octobre 2008, Vladimir Poutine annonçait que Koni allait participer à la démonstration de l'efficacité de Glonass, l'équivalent du GPS américain.

François Fillon

Le maître :François Fillon, premier Ministre de la République française.

L'animal : Chirac, setter irlandais.

Le chien de François et Pénélope Fillon s'appelle Chirac, comme l'ancien président français, mais personne ne sait quelle signification il faut y voir, les relations entre les deux hommes ayant toujours été médiocres. Le chien Chirac serait assez infernal et désobéissant, à tel point que le Premier ministre le laisse toujours dans sa maison de Sablé-sur-Sarthe, près du Mans.

Dans le ''Courrier de l'Ouest'', à la fin de janvier 2008, Pénélope Fillon affirme que l'animal "ne supporte pas le stress de Paris". Chirac serait imprévisible, il n'en ferait qu'à sa tête en se moquant totalement des ordres donnés par ses maîtres.

Grands amoureux des animaux, les Fillon possèdent également quatre chevaux et une poule prénommée... Carla ! Elle a été offerte au Premier ministre lors du dernier Salon de l'Agriculture, en février 2008.

Bill et Hillary Clinton

Les maîtres :Bill Clinton, ancien président des Etats-Unis, et Hillary Clinton, ancienne candidate à la présidence des Etats-Unis et actuelle secrétaire d'Etat de Barack Obama.

Les animaux : Buddy et Seamus, deux labradors chocolat, et Socks, un chat.

Bill et Hillary Clinton ont fait l'acquisition de Socks, un chat noir et blanc, en 1991, juste après l'élection de Bill à la présidence des Etats-Unis. Socks est rapidement devenu la mascotte de la Maison Blanche. Pendant l'administration Clinton, c'est lui qui guidait les enfants venus visiter le site Internet de la Maison Blanche.

Mais en 1997, Socks a été relégué au second plan lorsque la famille Clinton a accueilli Buddy, un petit bébé labrador de couleur chocolat. Socks a aussitôt détesté cet intrus et les deux ne pouvaient pas se supporter, ce qui a obligé leurs maîtres à les faire vivre dans des pièces séparées. Bill Clinton s'est exprimé sur le sujet en janvier 2001, devant les caméras de CNN : "J'ai fait mieux avec les Palestiniens et les Israéliens, qu'avec Socks et Buddy".

En 2001, après l'élection de George W. Bush, la famille clinton a quitté la Maison Blanche et, pour éviter tout conflit entre les deux animaux, Socks a été laissé à la secrétaire de Bill. En 2002, Buddy s'est fait écraser par une voiture, laissant son maître inconsolable.

Rapidement, Bill Clinton a acquis un descendant de Buddy, prénommé Seamus. Aujourd'hui, Socks serait atteint d'un cancer. Il restera certainement comme le chat le plus populaire ayant vécu à la Maison Blanche.

Jacques Chirac

Le maître :Jacques Chirac, ancien président de la République française.

L'animal : Sumo, un petit bichon maltais blanc.

Les temps sont durs, même les chiens sont touchés par la crise, dépriment et broient du noir... Depuis quelques semaines, Sumo, le chien de Jacques Chirac, était assez agité. Une agitation qui a tourné au drame : il a finit par mordre son maître ! "Si vous saviez, j'ai vécu une journée dramatique... Sumo a mordu mon mari!", a déclaré Bernadette Chirac au magazine ''VSD'' le 21 janvier 2009.

Ce n'est pas un hasard si le petit Sumo s'appelle ainsi. Personne n'ignore l'attirance particulière de Jacques Chirac pour ce sport japonais. La couleur du bichon, le blanc, est d'ailleurs symbole de la victoire dans cette discipline.

L'ancien président adore sa petite boule de poils et passe son temps à jouer avec elle. Bernadette Chirac s'amuserait à révéler que son époux n'hésite pas à se mettre à quatre pattes pour retrouver les jouets du petit chien sous les meubles.

Le petit Sumo avait son propre panier dans la chambre présidentielle. En avril 2007, Jacques Chirac se serait beaucoup inquiété lorsque Sumo a fugué une journée de l'Elysée. Le petit animal avait été retrouvé paniqué dans l'un des parkings.

Pendant quelques temps, Bernadette et Jacques Chirac se sont aussi occupés d'un coq qui se promenait dans les jardins de l'Elysée. Lors de leur départ de la demeure présidentielle, à l'arrivé de Nicolas Sarkozy, il a été envoyé à Souzy-la-Briche, autre demeure du président de la République, afin qu'il profite d'un plus grand espace.

Valéry Giscard d'Estaing

Le maître : Valéry Giscard d'Estaing, ancien président de la République française.

Les animaux : Jugurtha, un braque de Weimar.

Valéry Giscard d'Estaing s'est souvent servi des médias pour attirer l'attention sur ses chiens. Il s'occupait lui-même de ses bêtes et avait décidé de ne leur parler qu'en anglais. Il aurait même réfléchi au livre qu'un chien aurait pu écrire avec les quelques mots qu'il connaît. Jugurtha, son braque de Weimar, est resté le chien de Valéry Giscard d'Estaing qui a marqué le plus les esprits. Ce chien "riait" et buvait du thé en compagnie de son maître. Mais il avait un gros défaut, il avait une fâcheuse tendance à mordre les gens par derrière ! Ce qui obligeait l'ancien président à enfermer Jugurtha lors de cérémonies importantes.

Valéry Giscard d'Estaing a également toujours eu une passion pour les labradors, dont il possédait plusieurs spécimens. Un jour, l'un d'eux s'était enfui du palais de l'Elysée, et Valéry Giscard d'Estaing avait tenu lui-même à aller le chercher dans les rues de Paris, sous le regard interloqués des passants, qui se demandaient si c'était bien leur président qui courait devant eux !

Renaud Donnedieu de Vabres

Le maître : Renaud Donnedieu de Vabres, ancien ministre de la Culture.

L'animal : Diego, labrador de couleur sable.

Le labrador Diego et Renaud Donnedieu de Vabres vivent une relation vraiment fusionnelle. Tout a commencé en 2004, lorsque l'ancien ministre de la Culture a trouvé un labrador errant dans le sud de la Corse, près de Bonifacio. Il décida alors de l'adopter. L'animal a rapidement pris ses marques au ministère de la Culture, dont il est devenu l'emblème. Dans une interview accordée à ''Télé-animaux.com'' en septembre 2008, Renaud Donnedieu de Vabres affirme que Diego "faisait partie de la bonne humeur générale".

En voiture, le chien avait pour habitude de s'asseoir sur la banquette arrière et de poser une patte sur le dossier du siège avant. Certains appréciaient moins la présence d'un chien au ministère et c'est de ceux-là que Diego mangeaient les costumes quand il n'était pas admis en réunion avec son maître. Renaud Donnedieu de Vabres donne une grande place à Diego dans sa vie privée. Un portrait géant du labrador trône au milieu de son salon, et lorsqu'il organise un dîner, le visage de l'animal se trouve en tête des menus imprimés. Sur son site officiel, il n'hésite pas à s'afficher en compagnie de Diego.

Gérard Larcher

Le maître : Gérard Larcher, président du Sénat.

L'animal : Uppy, épagneul breton.

Gérard Larcher aime sa chienne Uppy comme il pourrait aimer une femme. Pour lui, il s'agit bien plus que d'une compagne pour aller chasser. Le 16 octobre 2007, sur le site Internet ''LePoint.fr'', il déclare : "Je ne pourrais pas m'imaginer sans elle. Elle est capable de m'attendre des heures, couchée, angoissée par l'idée que je l'oublie". Il annonce aussi qu'il se verrait bien avec un second chien, si sa femme n'est pas contre.

Barack Obama

Le maître : Barack Obama, nouveau président des Etats-Unis.

L'animal : un chien.

Après sa victoire aux élections présidentielles le 4 novembre 2008, Barack Obama a promis à ses filles qu'elles pourraient adopter un petit chien. Chacun y allait de son conseil pour aider le nouveau président à choisir la race. Après avoir effectué des tests, les choses se sont compliquées : Malia, l'une des filles de Barack Obama, est allergique aux poils de chien.

Dans un sondage réalisé par l'American Kennel Club auprès de 42 000 américains, le caniche miniature, chien hypo-allergène, est ressorti vainqueur. Le ''Times Online'' a fait appel a des spécialistes canins, plutôt favorables au cocker ou au boxer. Quant à l'Association des Amis du Chien chauve péruvien, sans poil, elle a d'ores et déjà proposé à la famille Obama un petit chiot de 4 mois, prénommé Machu Picchu. Mi-janvier, sur la chaîne américaine ABC, Barack Obama annonçait hésiter entre un chien d'eau portugais et un labradoodle (croisement d'un labrador et d'un caniche)... Le site Internet ''obamafamilydog.com'' a lancé une pétition pour que la famille adopte un petit chien issu d'un refuge. C'était de toutes façons le projet de Barack Obama qui avouait, lors de sa première conférence après élection, début novembre 2008, sa préférence pour un "bâtard... comme moi".

Le 14 avril 2009, Barack et sa famille ont accueilli leur nouveau compagnon, un chien d'eau portugais, prénommé BO (pour Barack Obama peut-être).

Winston Churchill

Le maître : Winston Churchill, ancien Premier ministre britannique.

Les animaux : Nelson, un chat noir, et Charlie, un perroquet bleu et jaune.

Pendant la seconde Guerre Mondiale, Winston Churchill avait décidé de ne pas baisser les bras devant les nazis. Et il exigeait la même chose de son chat noir, Nelson, qui courait se cacher sous les meubles au moindre son de sirène. Un jour, alors que Londres était bombardée, un témoin aurait surpris le Premier ministre en train de faire la leçon à son chat. Winston Churchill lui aurait dit : "Tu devrais avoir honte avec un nom comme le tien, de te cacher alors que nos braves petits gars de l'armée sont en train de combattre héroïquement dans le ciel pour sauver le pays".

Winston Churchill possédait aussi un perroquet très bavard, Charlie, auquel il avait appris de nombreuses insultes concernant Hitler et les nazis. Les jurons qu'il proférait auraient à l'époque heurté beaucoup de généraux et amiraux à l'occasion de réunions de crise. Racheté en 1956, à la mort de son maître, par un propriétaire d'animalerie, il aurait été donné 12 ans plus tard à une institution pour animaux, ses insultes continuelles perturbant fortement la clientèle. Charlie est décédé il y a seulement quelques années.

François Mitterrand

Le maître : François Mitterrand, ancien président de la République française.

L'animal : Baltique, une chienne labrador noire.

Baltique était l'un des plus beaux labradors de François Mitterrand et elle comptait beaucoup pour le président de la République. Dans son livre ''Interlocuteur privilégié, j'ai protégé Mitterrand'' (éditions Jean-Claude Lattès, sorti le 8 janvier 2003), Daniel Gamba, ancien garde du corps du président, raconte que lorsque Baltique s'était enfuie un jour, "la vie s'est arrêtée au palais". La chienne reste dans les mémoires comme celle qui aura toujours été présente pour son maître, même après sa mort. Ainsi, le 11 janvier 1996, lorsque les funérailles de François Mitterrand sont célébrées dans l'église de Jarnac, en Charente, Baltique est restée dans l'entrée du bâtiment, surveillée par Michel Charasse, ancien ministre du Budget.

Alors qu'aucun chien n'a jamais été "auteur" d'un livre, les éditions Calmann-Lévy lui confient l'écriture de ses mémoires et de sa vie auprès du président : ''Le gros secret, mémoires du labrador de François Mitterrand '' (avril 1996) ! Le livre a en réalité été écrit par Patrick Rambaud.A Soustons, dans les Landes, une statue de Baltique a été érigée juste à côté de celle de son maître.

Franklin Roosevelt

Le maître : Franklin D. Roosevelt, ancien président des Etats-Unis.

L'animal : Fala, un scottish terrier.

Fala est certainement l'un des chiens présidentiels qui ont eu le plus de succès auprès du public. Il recevait tellement de courrier qu'on lui avait assigné une secrétaire particulière pour y répondre ! Il apparaît sur de nombreuses photographies en compagnie de la famille Roosevelt et il était très souvent présent lors des déplacements du président. Un petit film a même été tourné sur lui en 1942. Lors de ses voyages entre San Diego, Californie, et Pearl Harbour, Hawaii, Franklin Roosevelt a pu vérifier la popularité de son petit chien. En effet, il a fini par comprendre pourquoi Fala perdait ses poils petit à petit : les marins lui en coupaient pour les garder en souvenir !

Lors d'un autre déplacement officiel dans les îles Aléoutiennes, au sud de l'Alaska, le président a oublié son chien au moment de partir. Lorsqu'il s'en est aperçu, il a demandé que son bateau fasse demi-tour pour retourner le chercher. Et cela coûta 15 000 dollars aux contribuables américains !Mais Franklin Roosevelt a toujours refusé que l'on s'en prenne à son chien Fala et a préféré essuyé lui-même les critiques, notamment dans le célèbre "Discours de Fala" de 1944. On affirme même que ce discours l'aurait mené à la victoire aux élections présidentielles suivantes, en 1945.

Le petit chien a aujourd'hui sa propre statue aux pieds de son maître, au Franklin Delano Roosevelt Memorial à Washington.

Charles de Gaulle

Le maître : Charles de Gaulle, ancien président de la République française.

L'animal : Ringo de Balmalon, un chartreux.

Le général Charles de Gaulle aimait beaucoup les chats, et il avait décidé d'en adopter un. En 1969, quand Charles de Gaulle a choisi de se retirer de la vie politique après la défaite qu'il a essuyée lors d'un référendum, il a accueilli un jeune chartreux, Ringo de Balmalon, qu'il a rapidement surnommé Gris-Gris. Le chat a accompagné le général pendant les derniers mois de sa vie à La Boisserie, à Colombey-les-Deux-Eglises, en Haute-Marne.

John F. Kennedy

Le maître : John F. Kennedy, ancien président des Etats-Unis.

Les animaux : de nombreux chiens dont Charlie, un welsh terrier et Pushinka, une chienne bâtarde.

Lorsque la famille Kennedy s'est installée à la Maison Blanche en 1961, elle a apporté avec elle une ribambelle de chiens, dont Charlie, le welsh terrier. La même année, la famille des animaux s'est agrandie avec Pushinka, une chienne offerte à la jeune Caroline Kennedy par Nikita Khrouchtchev, alors à la tête de l'URSS. Le but avoué était de détendre les relations entre les deux pays pendant la Guerre Froide.

Pushinka était une des filles de Strelka, chienne astronaute à bord de Spoutnik. A son arrivée, elle a attiré la méfiance, et elle a subi une inspection afin de vérifier qu'elle ne portait pas de micros ou de germes dangereux !

Après avoir passé ces contrôles haut la main, elle a intégré la ménagerie des Kennedy. Quatre petits chiots sont nés de ses amours avec Charlie, le welsh terrier. Le président Kennedy s'amusait à les appeler "pupniks", contraction de puppy, qui signifie chiot en anglais, et Spoutnik.

Gerald Ford

Le maître : Gerald Ford, ancien président des Etats-Unis.

L'animal : Liberty, une chienne golden retriever.

Susan Ford, la fille de Gerald Ford, offre Liberty, une petite chienne golden retriever de 8 mois, à son père en 1974, alors qu'il est déjà président des Etats-Unis. Liberty était très appréciée des Américains et on lui demandait souvent des photos autographiées... ce qu'elle faisait volontiers. Un tampon encreur spécial avait été créé avec l'emprunte de la patte de la chienne, et les services de la Maison Blanche l'apposaient sur les photographies ! On raconte que Gerald Ford faisait appel à Liberty lorsque les réunions s'éternisaient. La petite chienne débarquait en trombe dans la salle en manifestant bruyamment sa joie, ce qui mettait automatiquement fin aux séances.

Téléchargez gratuitement votre guide mutuelle senior 2022 !

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.