Pour convaincre son frère de lui donner de l'argent, ce criminel se filme aux côtés de la victime qu'il vient d'abattre. Une scène de crime terrifiante qui restera à jamais gravée dans la mémoire de ce commerçant d'Île-de-France.
Terrifiant : ce tueur se filme avec sa victime pour faire peur à son frèreIllustrationIstock

Ces images risquent d'être gravées à jamais dans son esprit. Vendredi 18 septembre 2020, un commerçant qui a souhaité rester anonyme reçoit un appel vidéo de son grand frère, Merzek. D'après les informations du Parisien, la fratrie n'avait pas une relation très fusionnelle : les deux hommes ne se sont jamais vraiment fréquentés jusque-là et n'avaient pas tissé de lien particulier. Quelques semaines avant les faits seulement, les deux hommes rentrent en contact. La raison principale : le plus âgé, Merzek, a besoin d'argent et compte sur son cadet pour lui en donner. 

Le commerçant, issu de Fontenay-aux-Roses dans les Hauts-de-Seine, a toujours refusé les requêtes de son aîné. Et pour cause, ce dernier ne fait que boire et jouer. La preuve en est : lors du fameux appel vidéo, il tient une bouteille de bière. Une façon bien décontractée de présenter à son frère l'homme qu'il vient de tuer en Espagne... Que s'est-il passé exactement ? 

Le commerçant assiste à une scène de crime via son téléphone

Quand il décroche son téléphone, l'homme de 39 ans n'a aucune idée de ce que son grand frère lui réserve. Sans contexte, ce dernier lui lance : "Tu sais ce monsieur est tellement bête. Sa vie ne vaut que 6 000 euros", rapporte Le Parisien. Une phrase qui fait peu de sens, dite comme ça, mais qui rappelle étrangement une conversation que les deux frères ont partagé il y a quelques semaines.

À l'époque, Merzek avait demandé à son frère : "Prête-moi les 6 000 euros, lui avait réclamé son grand frère. Quand le monsieur me les aura rendus, je te les donnerai parce que moi je sors de prison, je n'ai rien". Le "monsieur" en question n'était autre que le cadavre qui gisait à côté de Merzek... Les doutes du cadet s'évaporent rapidement quand son interlocuteur tourne son téléphone vers le cadavre d'un homme gisant au sol. Pourquoi le meurtrier présumé a-t-il souhaité terroriser un membre de sa propre famille ? 

Le meurtrier menaçait de tuer son frère et sa famille

Une mare de sang, des membres tordus, des yeux révulsés, un corps en très mauvais état. Le commerçant constate une véritable scène de crime à travers son écran. Merzek saisit le visage du cadavre pour le montrer à son frère. Il lui explique qu'il s'apprête à découper ce corps... Avant de "s'occuper" de lui, et de sa famille.

Extrêmement choqué par les images qu'il vient de voir et par les menaces de son frère, le commerçant fond en larmes et raccroche. Il contacte immédiatement la police espagnole pour faire état du crime de son frère. Ensuite, il va témoigner au commissariat de L'Haÿ-les-Roses, à quelques kilomètres de chez lui. Ses déclarations vont permettre aux forces de l'ordre d'arrêter le suspect et de faire de terribles découvertes... 

Le tueur présumé avait l'interdiction d'entrer sur le territoire français

La police a interpellé le tueur présumé à Bordeaux, alors que ce dernier essayait de se réfugier chez un autre membre de sa famille. Une demande d'extradition a été faite pour que Merzek soit jugé en Espagne. Si son nom est totalement inconnu outre-Pyrénées, les forces de l'ordre connaissent Pierre Rubio, la fausse identité de Merzek. En décembre, il sortait de prison après avoir été détenu dix ans pour extorsion et torture.

C'est lors de sa peine qu'il a rencontré sa victime, dont il était apparemment le colocataire à sa sortie de détention. Les policiers ont retrouvé une scie dans l'appartement du suspect, mais ce dernier n'a, a priori, pas eu le temps de découper le corps. Le tueur présumé est interdit de territoire national dans l'Hexagone et impliqué dans une vingtaine d'affaires en Espagne.

Vidéo : Quand les accusés sont présentés comme les victimes

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.