Ceux qui acceptent une succession s'engagent en principe à en assumer toutes les dettes. Mais en cas de doute sur leur montant, mieux vaut effectuer un inventaire complet avant de prendre sa décision. 
©Getty Images

1 - Ce qu'implique d'accepter une succession

A la suite du décès d'un proche, les héritiers doivent se décider sur l'acceptation ou non de la succession.

Le délai : chaque héritier a en principe 10 ans pour se prononcer sauf s'il y est contraint plus tôt. En effet, 4 mois après le décès, les créanciers, l'Etat et certains co-héritiers peuvent obliger l'ensemble des héritiers à prendre leur décision. Chacun d'entre eux a alors deux mois pour répondre. Au-delà de ce délai, et sans réponse, cela vaut valeur d'acceptation.

Si les héritiers acceptent sans réserve, ils héritent des biens mais aussi de l'ensemble des dettes (au prorata de leur part), pouvant être obligés de puiser dans leurs propres ressources financières si la vente des biens de la succession ne suffisait pas.

Pas de panique : pour toutes les dettes urgentes, ils peuvent parer aux frais d'obsèques, d'impôts, de loyers, de dépenses de la vie courante..., sans pour autant l'accepter.