Ceux qui acceptent une succession s'engagent en principe à en assumer toutes les dettes. Mais en cas de doute sur leur montant, mieux vaut effectuer un inventaire complet avant de prendre sa décision. 
©Getty Images

1 - Ce qu'implique d'accepter une succession

A la suite du décès d'un proche, les héritiers doivent se décider sur l'acceptation ou non de la succession.

Le délai : chaque héritier a en principe 10 ans pour se prononcer sauf s'il y est contraint plus tôt. En effet, 4 mois après le décès, les créanciers, l'Etat et certains co-héritiers peuvent obliger l'ensemble des héritiers à prendre leur décision. Chacun d'entre eux a alors deux mois pour répondre. Au-delà de ce délai, et sans réponse, cela vaut valeur d'acceptation.

Si les héritiers acceptent sans réserve, ils héritent des biens mais aussi de l'ensemble des dettes (au prorata de leur part), pouvant être obligés de puiser dans leurs propres ressources financières si la vente des biens de la succession ne suffisait pas.

Pas de panique : pour toutes les dettes urgentes, ils peuvent parer aux frais d'obsèques, d'impôts, de loyers, de dépenses de la vie courante..., sans pour autant l'accepter.

Succession : comment éviter les dettes ?

Héritage : combien lègue-t-on selon les pays ?

Combien les retraités laisseraient-ils à leur descendance ? Quels sont les pays où l'héritage est le plus important ? La banque HSBC s'est posée toutes scs questions. L'établissement banquier a pu effectuer un sondage à travers une dizaine d'Etats. La France est plutôt bien lotie. 

Voir le diaporama

Votre mutuelle santé au meilleur tarif ! Trouver la mutuelle adaptée à vos besoins !

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.