Lors du deuxième jour du procès pour le meurtre d'Alexia Daval, la cour d'assises s'est intéressée au mobile du prévenu. Depuis ses aveux, Jonathann Daval affirme en effet que son épouse était violente avec lui, jusqu'au jour où il l'aurait finalement étranglée "pour qu'elle se taise". Qu'en est-il ?
Procès Daval : soumission chimique, amnésie... Les mystérieuses "crises" d'AlexiaAFP

Le lundi 16 novembre 2020, le procès pour le meurtre d'Alexia Daval a débuté à Vesoul, dans la Haute-Saône. Jugé pour des faits d'octobre 2017, Jonathann Daval est en effet suspecté d'avoir étranglé à mort son épouse avant de brûler partiellement sa dépouille. Depuis la mort de leur fille, une question torture les parents d'Alexia : pourquoi leur gendre aurait-il commis un crime d'une telle atrocité ? Selon le meurtrier présumé, ce dernier était victime des violences physiques et verbales de sa conjointe. Mardi 17 novembre 2020, la cour d'assises a décidé de s'intéresser à ces "crises" que Jonathann Daval dénonce depuis ses premiers aveux. 

D'après les informations du Parisien, la victime présentait un trouble inconnu depuis l'automne 2016. Difficile de déterminer exactement de quoi souffrait Alexia. Le quotidien régional, qui se base sur les informations données par son médecin traitant, évoque notamment une agressivité vis-à-vis du conjoint. Ces crises se matérialisent, chez Alexia, par des moments d'absence, des troubles du langage, un goût métallique dans la bouche ou encore l'impression d'être en état d'ébriété. Selon les experts qui se sont succédés à la barre, il pourrait s'agir des effets du traitement pour l'infertilité d'Alexia, de ceux d'un médicament pour l'asthme, d'une maladie mentale ou même d'une épilepsie non diagnostiquée...

Affaire Daval : des crises dont Jonathann est le seul témoin

En mars 2017, soit quelques mois avant le meurtre, Alexia Daval consulte un neurologue pour en apprendre davantage sur les troubles dont elle souffre. Toutefois, les examens n'aboutissent à rien de concluant. Selon Jonathann Daval, les épisodes de violence deviennent de plus en plus fréquent, jusqu'à trois fois par semaine. Néanmoins, il semblerait que le meurtrier présumé soit le seul témoin de ces "crises". En effet, ces dernières étaient systématiquement suivies par une amnésie d'Alexia. Maître Caty Richard, avocate de la famille de la victime, a une autre vision des faits : "Mais on ne peut pas prendre pour acquis ces épisodes de violences, il n'y a que Jonathann Daval qui en parle !", s'exclame-t-elle. Selon elle, l'origine de l'état somnolent d'Alexia se trouve ailleurs...

Comment bien choisir sa mutuelle senior ? - Obtenez votre guide Mutuelle Senior 2020 dès maintenant

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.