Les fonctionnaires ont la réputation d'avoir de nombreux privilèges sur les salariés du privé... Et c'est vrai ! Le point sur tous ces avantages dont profitent les agents de l'Etat.
Sommaire

Les salaires plus élevés des fonctionnaires

Le magasine Challenges  s'est penché sur les fonctionnaires qui ont la réputation tenace de profiter de nombreux avantages comparé aux salariés du privé. La première chose que le magasine met en avant, et c'est plutôt une surprise, est le salaire des fonctionnaires.

En effet, contre toute attente, les agents de l'Etat sont mieux payés que les salariés du privé payés 2 082 euros net par mois en moyenne. Ainsi, hormis les agents territoriaux rémunérés 1 800 euros par mois, les fonctionnaires de l'Etat et des établissements de santé gagnent mieux leur vie que dans le privé, avec respectivement 2 459 euros par mois et 2 205 euros par mois en moyenne.

Maël de Calan et Sylvain Bertoux, rapporteurs de l'étude de l'Institut Montaigne sur la dépense publique de décembre dernier, ont expliqué que "l’injustice se situe surtout au niveau de la progression des salaires". En effet, Challenges rappelle qu'en 2010, malgré la crise, le pouvoir d'achat des fonctionnaires a continué d'augmenter de 1,7%... Et même le gel du point d'indice, qui freine cette hausse, permet toujours une augmentation des salaires...

Par ailleurs, les fonctionnaires bénéficient également de la hausse de primes et indemnités, de 6,4% en 2012, et de la garantie individuelle de pouvoir d'achat leur assurant un complément de salaire en cas de baisse de revenu comparé à l'inflation...

La retraite plus élevée des fonctionnaires

Selon le magazine Challenges, l'un des privilèges les plus importants des fonctionnaires est bien leur régime de retraite ! En effet, alors que dans le privé, le montant de la retraite est calculé sur les 25 meilleures années de la carrière, celui des fonctionnaires se calcule sur les 6 derniers mois d'exercice.

Pierre-Edouard du Cray, de l'association Sauvegarde retraites, a expliqué au magazine économique que "les agents du public ont leur pension garantie à 75% de leur dernier salaire en moyenne". Sauf faillite de l'Etat, ils seront toujours payés".

Et alors que l'Agirc et l'Arrco ont peiné à trouver une solution pour sauver leur système de retraite complémentaire (en désindexant l'augmentation des pensions sur l'inflation), les fonctionnaires eux n'ont pas trop de soucis à se faire... Depuis 2005, ils ont eux aussi leur régime complémentaire (qui n'existait pas avant), la RAFP.

Au final, d'après les chiffres de l'Insee de 2010, la pension moyenne d'un fonctionnaire était de 1 724 euros... contre 1 216 euros pour des retraités du privé.

Le statut privilégié des fonctionnaires

Au-delà du revenu à proprement parler, les fonctionnaires disposent d'un statut qui offrent de nombreux avantages ! Sur la sécurité de l'emploi pour commencer... En effet, selon Challenges, 80% des fonctionnaires le sont à vie, et 10% sont en CDI...

Depuis 1983, on leur demande quand même de participer à un effort de solidarité en versant une cotisation chômage. Seulement, cette cotisation inférieure à 1% n'a jamais été augmenté, quand un salarié du privé verse lui environ 2,5% de son salaire.

Et la sécurité de l'emploi leur ouvre plus facilement certaines portes qu'aux salariés du privé. Il est ainsi plus facile d'accéder à un logement, à un prêt bancaire, à une bonne mutuelle... Challenges rappelle également le système de "supplément familial de traitement", offrant une prime dès la naissance du premier enfant et qui peut être additionnée aux allocations familiales. Cela coûterait pas moins d'1 milliard d'euros par an à l'Etat.

L'absence de jours de carence en cas de maladie

Enfin, un autre avantage non négligeable vient d'être rendu aux fonctionnaires ! En 2011, le gouvernement de François Fillon avait décidé de ne plus payer le premier jour d'absence en cas d'arrêt-maladie... Mais en février dernier, la ministre de la Fonction publique Marylise Lebranchu a rétabli cette règle, supprimant ainsi le jour de carence des agents de l'Etat.

Faut-il rappeler que pour les salariés du privé, un délai de carence de trois jours s'impose avant qu'ils ne puissent toucher des indemnités de la Sécurité sociale...