L'ancien chef de la gendarmerie de l'Aisne, département où a été retrouvée la dépouille d'Elisa Pilarski, a quitté ses fonctions quelques semaines après le début de l'affaire. L'Union en dévoile un peu plus sur le déroulé de cette triste journée.
Ce que faisait vraiment l'ancien patron des gendarmes, le jour de la mort d'Elisa Pilarski

Il a fini sa journée à la gendarmerie de Soissons. Comme Christophe Ellul, l'ancien compagnon d'Elisa Pilarski, le lieutenant-colonel Jean-Charles Métras y a d'ailleurs été auditionné, rapporte le quotidien régional L'Union. Cela n'a d'ailleurs rien d'anodin, à en croire l'enquête réalisée par le journal : il était présent dans la forêt domaniale de Retz (Aisne, Hauts-de-France) le 16 novembre 2019, date à laquelle le cadavre de la future maman de 29 ans a été découvert.

Depuis, l'officier a abandonné son poste et quitté le département en janvier 2020. A l'époque, il expliquait partir afin de réaliser un projet personnel. Finalement, après avoir accepté un poste de chargé de mission Outre-Mer à Arcueil, il a décidé de quitter la gendarmerie et monté sa propre entreprise.

Pourquoi Jean-Charles Métras était-il dans la forêt domaniale de Metz ?

S'il était présent dans la forêt domaniale de Retz le jour du drame, c'est parce qu'il avait été invité par l'un des membres de l'équipage de la vénerie. Jean-Charles Métras était convié aussi bien à la messe qu'à la chasse au chevreuil. Il s'y est d'ailleurs rendu avec ses proches.

Lorsqu'il apprend qu'un "accident de chasse" a eu lieu, il alerte le maître d'équipage qui craignait pour sa part une intervention des anti-chasse

La vénerie prend fin quelques minutes plus tard et l'intervention commence. Il fait partie de ceux qui inspectent le corps.

Protégez vos proches avec des solutions de Téléassistance !

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.