La semaine dernière Valérie Trierweiler apparaissait méconnaissable dans un magazine japonais. Un résultat surprenant obtenu grâce à des retouches photos mais également grâce au travail d’un Français.

La photo ne vous a sans doute pas échappé : la semaine dernière Valérie Trierweiler est apparue méconnaissable dans un magazine japonais, Richesse. Sur l’image, l’ancienne compagne de François Hollande prenait la pose sur un divan, tout de noir vêtue, l’air détendu et surtout, la mine rajeunie de vingt ans ! Un cliché qui a rapidement fait le tour de la toile et provoqué un tollé de réactions. Si bien que Valérie Trierweiler a mis fin à la polémique qui enflait à propos de son nouveau look en reconnaissait avec humour les retouches dont avait fait l’objet la photo.

A lire aussi PHOTO  Valérie Trierweiler méconnaissable dans le magazine Richesse !

Publicité
"Les Français n’ont pas l’habitude de la voir aussi maquillée""Merci G. Sergenti pour ton talent et oui Photoshop de la part de l’équipe japonaise. J’ai 50 ans et de je le sais !!!!", a-t-elle posté sur son compte Twitter. Mais si l’ex-Première dame a aisément reconnu que les graphistes du magazine avaient travaillé sa photo et cité le nom de son maquilleur, cela n'était apparemment pas suffisant pour ce dernier. S'estimant lui aussi responsable de sa mine radieuse, Guillaume Sergenti n’a pas manqué de rapidement le souligner dans les colonnes de Paris Match. "J’ai moi-même les clichés originaux (de la séance photo, ndlr) dans mon téléphone. Il n’y a pas beaucoup de différence", a-t-il affirmé. Et celui-ci d’expliquer pourquoi Valérie Trierweiler est apparue méconnaissable : "Pour ce shooting, j’ai utilisé un maquillage et un éclairage de studio. Les Français n’ont pas l’habitude de la voir aussi maquillée".

 Visiblement piqué par "l’oubli" de sa cliente, le maquilleur a ensuite lâché : "Pendant la promo de son livre en Angle¬terre, elle n’était pas super bien conseillée". Et toc.

En vidéo sur le même thème : François Hollande, un peu gêné, parle de la photo avec Valérie Trierweiler dans son bureau