Des centaines d’agents de la commune bretonne sont en grève depuis plus d’une semaine. Ils protestent contre le projet du maire qui veut augmenter leur temps de travail jusqu’à 35 heures.

Voilà plusieurs jours qu’une partie des agents de la commune de Saint-Brieuc, dans les Côtes-d’Armor, sont en grève contre le projet de l’allongement de leur temps de travail… à 35 heures, rapporte Le Figaro.

Depuis le 24 mai, à l’appel des syndicats, les crèches et cantines scolaires sont fermées, les services municipaux ralentis et les agents se mobilisent devant la mairie pour protester contre le nouveau projet du maire. L’élu (MoDem) Bruno Joncour a en effet décidé d’augmenter le temps de travail à 35 heures hebdomadaires.

"Avec 400 à 500 agents grévistes sur 1100 que compte la municipalité, tous les services sont impactés, des services techniques aux bibliothèques", a déclaré au journal, Sylvie Fourré, déléguée syndicale Force Ouvrière (FO).  Le mouvement a été reconduit mardi matin en assemblée générale.

A lire aussi - 35 heures, heures sup’, licenciement… Ce que la loi El Khomri devrait changer pour vous au travail

Cela revient à travailler 70 heures de plus par an

Pour les agents municipaux, travailler 35 heures par semaine reviendrait à travailler 70 heures de plus par an. En effet, depuis 2001, en vertu d’un protocole d’accord, les fonctionnaires à temps plein ne travaillent que 1 537 heures annuelles, alors que la durée légale de travail est fixée à 1607 heures depuis 2005.

"Quoique régulier, ce régime dérogatoire au droit commun emporte des conséquences financières : il représente une charge de personnel supplémentaire théorique de 4,4%", a constaté la Cour des comptes dans un rapport de 2013. Cette réforme permettrait d’ailleurs de gagner l’équivalent de 16 postes à temps plein.

Pour la commune de Saint-Brieuc, cette somme est conséquente puisque ses dépenses de personnels représentent plus de 60% du budget (41 millions d’euros en 2011), rapporte Le Figaro.

Publicité
Saint-Brieuc n’est pas la seule commune à voir ses agents travailler moins de 35 heures, puisque c’est aussi le cas de l'agglomération Béziers-Méditerranée ou encore de Sainte-Marie-La-Mer dans les Pyrénées-Orientales. 

Vidéo sur le même thème : "Les 35 heures ont entrainé une perte de compétitivité de la France", selon Bentzmann