Vidéos à la une
Zoom sur une partie du personnel du centre hospitalier du Mans qui était en grève contre un projet de suppression de postes. Pour exploitation TV, droits réservés, nous contacter sur http://wizdeo.com/s/banqueimages
Vidéos à la une
Interview d'Olivier Chesnais, délégué Syndical Sud sur la grève entamée par les salariés du Crédit Agricole en Vendée et Loire-Atlantique pour dénoncer le projet de réorganisation proposé par la direction. Pour exploitation TV, droits réservés, nous contacter sur http://wizdeo.com/s/banqueimages
Vidéos à la une
Focus sur le rassemblement des salariés d'Arjowiggins à Bessé-sur-Braye qui craignent un hypothétique plan social. Pour exploitation TV, droits réservés, nous contacter sur http://wizdeo.com/s/banqueimages
Vidéos à la une
Focus sur la colère des employées des crèches du Mans qui manifestaient contre un projet de restructuration de leur service. Pour exploitation TV, droits réservés, nous contacter sur http://wizdeo.com/s/banqueimages
Vidéos à la une
Des incidents se sont déroulés en marge de la première grève générale contre le président Macri en Argentine. Les forces de l'ordre ont fait usage de gaz lacrymogènes pour déloger les centaines de manifestants massés sur l'une des principales voies d'entrées à la capitale. Les syndicats dénoncent la chute du pouvoir d'achat due à une inflation de 40 % en 2016 et à une reprise économique qui se fait attendre. 'Le Forum économique mondial va être inauguré par Macri. Des économistes du monde entier, tous néo-libéraux, seront présents. Il y aura aussi de puissants hommes d'affaires qui vont discuter de comment continuer à spolier les richesses de notre peuple et appliquer des programmes économiques excluant une partie de la société pour enrichir toujours les mêmes', dénonce Alejandro Bodart, secrétaire général du Mouvement socialiste des travailleurs. Ce rendez-vous est la déclinaison régionale du Forum économique mondial de Davos, en Suisse. 'C'est formidable que nous soyons tous ici aujourd'hui, au travail', a ironisé le président argentin en inaugurant le Forum. Les transports, l'industrie, la santé, l'éducation et les banques étaient paralysés par l'appel des trois principaux syndicats. Elu en 2015, Mauricio Macri avait promis de redresser un pays en pleine récession, mais ses choix économiques sont de plus en plus contestés. Les manifestations se sont multipliées ces derniers mois.
Vidéos à la une
Après la mobilisation, le dialogue. Les ministres de l'Intérieur Matthias Fekl et des Outre-mer Ericka Bareigts entament leurs discussions avec les leaders de la mobilisation en Guyane. Des leaders très déterminés à obtenir les moyens de faire enfin 'décoller' le territoire après le succès des manifestations des derniers jours. Olivier Goudet du collectif des '500 frères contre la délinquance' : 'Nous adressons ce message aux ministres. N'ayez pas peur, désormais vous êtes EN SECURITE.' Ce sont les membres du collectifs qui ont repris ces deux derniers mots. Une partie de leurs requêtes a déjà été validée par l'exécutif. Le Premier ministre Bernard Cazeneuve a acté la création d'un Tribunal de grande instance et d'un centre pénitentiaire à Saint-Laurent du Maroni, la deuxième ville du territoire, ainsi que la suspension de la cession du centre médical de Kourou. Seulement voilà la belle entente n'a pas duré. Les négociations se sont arrêtées quelles minutes à peine après avoir commencé. Le collectif portant les revendications a décidé, moins d'une demi-heure après le début de la rencontre, que, je cite l'un de ses membres 'ça ne pouvait pas se passer comme ça pour des questions de transparence'. (avec AFP)
Vidéos Argent/Bourse
La Guyane entame lundi son premier jour de grève générale, dans un climat 'tendu', de l'aveu même de la ministre des Outre-mer Ericka Bareigts, qui appelle 'au calme', conditionnant sa venue sur place à l'établissement d'un 'dialogue serein'. Malgré l'arrivée d'une mission interministérielle pour 'dialoguer', 37 syndicats réunis au sein de l'Union des travailleurs guyanais (UTG) ont voté samedi à la quasi-unanimité la 'grève générale illimitée' pour lundi. Chacun s'est organisé depuis quelques jours en prévision du blocage général, en s'approvisionnant en nourriture et carburant, provoquant de longues files d'attente dans les magasins et aux stations service. Ce territoire ultramarin d'Amérique du sud, de plus de 250.000 habitants se réveille donc lundi (il est 5 heures de moins par rapport à la métropole) sous la menace d'une paralysie de la vie économique, déjà ralentie depuis jeudi par une quinzaine de barrages routiers. Air France a annulé ses vols vers Cayenne dimanche et lundi et Air Caraïbes lundi. 'La situation est tendue' en Guyane a reconnu lundi matin Ericka Bareigts, en appelant 'au calme' et 'au dialogue'. 'Cette situation, nous la suivons de très près', a-t-elle souligné, expliquant ne pas s'être elle-même rendue sur place, car ' aujourd'hui les conditions du dialogue ne sont pas réunies'. Mme Bareigts a cependant ouvert la porte à sa possible venue : 'Bien sûr que je peux (y) aller. Sauf qu'il faut les conditions du dialogue, les conditions du dialogue serein, républicain, à visage découvert'. Un groupe, baptisé 'Les 500 frères' et créé récemment par des citoyens contre 'l'insécurité en Guyane', multiplie les manifestations. Ils sont toujours cagoulés. La ministre de l'Environnement, Ségolène Royal, avait écourté le 18 mars sa visite en Guyane après l'irruption sans violence d'un groupe d'hommes cagoulés. Le Premier ministre Bernard Cazeneuve a annoncé ce lundi l'envoi d'une délégation de ministres 'avant la fin de semaine'. 'Une délégation ministérielle sera sur place avant la fin de la semaine (...) si toutefois les conditions du respect et j'insiste sur ce point et de l'ordre républicain sont réunies', a-t-il déclaré depuis la cour de Matignon. Le Premier ministre, qui a appelé 'encore une fois solennellement au dialogue, à la responsabilité et à l'apaisement', a également affirmé vouloir signer avec la Guyane un 'pacte d'avenir' dans 'les meilleurs délais'. Alors que le gouvernement avait déjà dénoncé dimanche soir 'une instrumentalisation à des fins électoralistes' de la crise sociale, en visant François Fillon et Marine Le Pen, Bernard Cazeneuve a de nouveau fustigé ceux qui cèdent à 'la démagogie' et 'l'électoralisme'. Bloquée depuis plusieurs jours par un mouvement de grogne sociale, la Guyane, qui connaît un fort taux de chômage et une insécurité chronique, fait irruption dans la campagne présidentielle, à quelques semaines du premier tour prévu le 23 avril. Le candidat de droite François Fillon a notamment jugé que la situation dans le territoire était 'la conséquence de l'échec de la politique de François Hollande', tandis que Marine Le Pen a dénoncé le 'service cruellement minimum' des gouvernements successifs. François Hollande a souligné lundi que 'la première priorité' pour la Guyane était 'la lutte contre l'insécurité', s'exprimant devant des journalistes à l'issue d'une rencontre avec la communauté française de Singapour. Avec agence (AFP)
Vidéos à la une
La Guyane, bloquée depuis plusieurs jours par un mouvement de grogne sociale qui paralyse le territoire, s'est invitée dans le débat présidentiel. Emmanuel Macron, en déplacement sur l'île de la Réunion, a estimé que "l'Etat doit s'engager en termes d'infrastructures de transport, de systèmes de santé, de relance économique dans le territoire guyanais". "Il est essentiel aujourd'hui que les pouvoirs publics puissent s'engager derrière la Guyane, parce que c'est le plus grand département de France", a-t-il affirmé.
Vidéos à la une
Les contrôleurs aériens débrayent de 13h à 17h, heure de Bruxelles, en Italie pour protester contre la réforme du secteur voulue par le gouvernement. Une mauvaise nouvelle pour la compagnie nationale, Alitalia, contrainte d'annuler 40 % de ses vols nationaux et internationaux alors que sa situation économique est désastreuse.
Vidéos à la une
Les pompiers lillois ont manifesté à Paris pour dénoncer des coupes budgétaires.
Vidéos à la une
Le point sur le manifestation des agents hospitalier contre leurs conditions de travail et le manque de moyens des établissements de santé. Pour exploitation TV, droits réservés, nous contacter sur http://wizdeo.com/s/banqueimages
Vidéos à la une
La grève du personnel au sol dans les aéroports de Berlin continue ce lundi après une première journée d'action vendredi dernier. Ce sont plus de 600 vols qui ont été annulés aujourd'hui sur les deux aéroports de la ville , 195 à Schönefeld et 465 à celui de Tegel. Les passagers sont bien sûr en colère: 'C'est comme si j'avais été pris en otage. Vous savez, j'aimerais bien pouvoir partir pour mes vacances, mais comme c'est toujours le cas avec les grèves, ceux qui trinquent sont toujours les usagers.' 'Je n'ai absolument aucune information. Je ne peux que rester assise et attendre que quelqu'un puisse nous apporter d'autres informations que celles que nous avons déjà,c'est-à-dire aucun vol aujourd'hui...' Cette grève du personnel au sol intervient dans le cadre de négociations salariales qui durent depuis plus d'un mois. Le syndicat du personnel des aéroports réclame une meilleure rémunération pour les quelques 2000 employés au sol à Berlin, qui s'occupent du chargement des bagages et de l'enregistrement.
Vidéos à la une
Les salariés d'Enedis remettent en cause la stratégie globale de l'entreprise qui met en vente son parquet immobilier. Pour exploitation TV, droits réservés, nous contacter sur http://wizdeo.com/s/banqueimages
Vidéos à la une
Les deux aéroports de Berlin sont à nouveaux paralysés par une grève de 24 heures du personnel au sol, en charge notamment des bagages et de l'enregistrement. Deux mouvements similaires avaient été organisés le mois dernier. Les syndicats réclament toujours des hausses de salaires, qu'ils justifient par une augmentation de la charge de travail. _'Le nombre de passagers augmente chaque année et les condition de travail sont de pire en pire. Or, non seulement les salaires n'évoluent pas, mais en plus, ils déclinent. Nous avons dû faire beaucoup de compromis ces dernières années, mais aujourd'hui cela ne peut plus durer. Notre travail doit être rémunéré à sa juste valeur', souligne Marcel Hoffman, membre du syndicat Verdi. Quelque 700 vols ont été annulés dans les aéroports de Schönefeld et Tegel, obligeant de nombreux voyageurs à prendre le train ou à se diriger vers les aéroports de Hambourg ou Dresde. Cette grève intervient en plein Salon du Tourisme international de Berlin (ITB). Ce Lituanien se montre compréhensible : 'Cela se passe bien. Les gens ici à l'aéroport son très gentils et serviables.' Cette voyageuse ne cache pas en revanche son amertume : 'On peut comprendre qu'ils fassent grève. Mais pour nous touristes, c'est assez désagréable.' Les syndicats ont pour l'heure refusé les propositions de leur direction. Ils réclament une hausse d'un euro par heure sur les fiches de paie et menace de poursuivre le mouvement ce week-end. La compagnie Lufthansa annonce toutefois un retour à la normale pour ce samedi. Avec AFP et Reuters
Vidéos à la une
Rencontre avec une lilloise qui est en grève de la faim pour dénoncer le système d'allocation familiale, qu'elle juge inefficace.
Vidéos à la une
Les médecins des hôpitaux publics étaient en grève ce jeudi en Grèce. Ils ont manifesté, notamment dans les rues d'Athènes. Les praticiens protestent contre de nouvelles mesures d'austérité qui devraient toucher le système de santé. Leurs pensions de retraite sont amenées à diminuer et leurs cotisations devraient augmenter. D'après eux, les hôpitaux publics sont au bord de la rupture entre manque de médicaments et baisse des effectifs. 'On ne pas se dire que ce qui est perdu est perdu. Nous allons nous battre pour récupérer nos droits et nous serons en alerte face aux nouvelles charges que ce gouvernement entend mener contre nos revenus', indique Afrodite Renziou, médecin dans un hôpital public d'Athènes. L'un de ses collègues, Gerasimos Roubis, ajoute : 'Nous les médecins, nous sommes aussi victimes des ravages de la crise économique avec ces créanciers de la Grèce qui demandent une baisse de nos salaires. Notre seule option, c'est de nous unir au reste de la population et de contre-attaquer'. 'Sept années de crise économique ont sévèrement touché le système de santé qui souffre d'une dégradation de ses services et d'une baisse sensible du nombre de médecins. Les jeunes praticiens, en particulier, cherchent de meilleures conditions de travail dans d'autres pays de l'Union européenne', conclut Stamatis Giannisis, du bureau d'euronews à Athènes.
Société
Peu appréciée à la rédaction d’I-Télé depuis la grève de 2016, dans laquelle elle avait refusé de prendre parti, Laurence Ferrari a hérité d’un surnom peu flatteur. Découvrez-le !
Société
Après 31 jours de grève, les salariés d'I-Télé ont voté la reprise du travail mercredi. Mais entre-temps, de nombreux journalistes vedettes de la chaîne d'informations en continu ont annoncé leur départ. 
Société
Toujours mobilisés pour obtenir de meilleures conditions de travail, plusieurs policiers ont dévoilé, via les réseaux sociaux, des photos de leur quotidien : voiture sans porte, locaux vetustes, sanitaires insalubres...
Voyager pratique
Informations sur votre vol, report ou remboursement… Il est possible de gérer au mieux une annulation de vol pour ne pas se faire avoir par la grève. Explications.  
Vidéos Argent/Bourse
A Madrid, en Espagne, les clients du premier transporteur espagnol low-cost Vueling ont traversé une nouvelle journée noire. 66 vols ont été impactés par la grève des contrôleurs aériens français. Si Vueling explique que ce désordre est le fruit de ce mouvement social, les Espagnols penchent plutôt pour une mauvaise gestion en interne. Marie Bolinches, notre correspondante sur place, résume la situation.
Vidéos Argent/Bourse
CHRONIQUE ÉCO. Le nouveau PDG prend ce lundi la tête du groupe franco-néerlandaise dont la santé financière et le contexte social restent fragiles, comme l'explique le journaliste à LCI Vincent Perrault. L'objectif principal de Jean-Marc Janaillac : mettre le plus d'avions en vol, remplis de passagers et aux meilleurs coûts tout en évitant de nouvelles grèves des hôtesses, stewards et pilotes.
Vidéos à la une
Sites webs/blogs, copiez cette vidéo avec le bouton "Intégrer" ! Si vous voulez télécharger, allez sur http://myreplay.tv/v/0I7mvEUT . La grève des enseignants réclamant un principal adjoint au collège Le Marin continue malgré le début du brevet. Plus sur http://wizdeo.com/s/lemanstv . Pour exploitation TV, droits réservés, nous contacter sur http://wizdeo.com/s/banqueimages
Vidéos Argent/Bourse
Depuis une semaine, les éboueurs de la métropole de Bordeaux sont en grève. Dans les rues, les poubelles débordent, créant un manque à gagner pour les commerçants en plein Euro. Les grévistes réclament une augmentation de 50 euros pour compenser celle de leur mutuelle, mais aucune négociation n'a été engagée.
Vidéos Argent/Bourse
À Bordeaux, les poubelles n'ont pas été ramassées depuis huit jours. Et pour cause : 60% des éboueurs de la capitale girondine sont toujours en grève mardi 28 juin. Les détritus s'entassent sur les trottoirs du centre historique provoquant le ras-le-bol des habitants. Aucune négociation officielle n'a été engagée.
Vidéos à la une
Sites webs/blogs, copiez cette vidéo avec le bouton "Intégrer" ! Si vous voulez télécharger, allez sur http://myreplay.tv/v/xMblBEHf . Les enseignants du collège Le Marin à Allonnes protestent contre l'absence d'un principal adjoint dans l'établissement. Plus sur http://wizdeo.com/s/lemanstv . Pour exploitation TV, droits réservés, nous contacter sur http://wizdeo.com/s/banqueimages
Vidéos Argent/Bourse
Jacques Myard, député LR des Yvelines, est revenu sur la décision du gouvernement à autoriser la manifestation contre la loi Travail. "Je pense que c'est une mauvaise idée de faire une manifestation parce qu'il y a des risques". Il a également précisé : "Nos policiers sont totalement éreintés. Il faut véritablement calmer le jeu et cesser ce genre de manifestations".
Vidéos à la une
La manifestation du 14 Juin qui a pris pour cible l'Hôpital Necker a porté un coup fatal aux commerces de proximité. Entre perte financière et baisse de leur clientèle, les commerçants redoutent aujourd'hui une nouvelle vague de violence en marge des contestations anti-loi Travail.
Vidéos Argent/Bourse
Ce mardi à Bordeaux, certains candidats au baccalauréat et supporters de l'Euro ont dû prendre leurs précautions pour composer avec la grève des conducteurs de bus et de tramway. Dans la soirée, la fête de la musique pourrait elle aussi souffrir de ce nouveau mouvement social.
Vidéos à la une
A deux jours de la nouvelle manifestation prévue à Paris contre la loi Travail, les syndicats espèrent que le gouvernement autorisera le cortège à défiler dans les rues jeudi. En attendant, le groupe socialiste se réunit à l'Assemblée nationale pour en débattre, avec la présence probable de Manuel Valls dont la parole est très attendue.

Pages

Publicité