Le tribunal de correctionnel de Nanterre a requis vendredi dernier quatre mois de prison avec sursis à l’encontre de Patrick Bruel pour outrage et violences sur des policiers. Il sera fixé sur son sort le 6 janvier prochain.

© Abaca Press

Les faits remontent au 24 mars dernier. Le chanteur, qui devait aller chercher ses enfants, s’est retrouvé bloquer en voiture à Neuilly par un cortège de la Manif pour tous. Un policier lui a alors demandé de reculer, mais Patrick Bruel n’a pas obéi. En avançant sa voiture, il a touché au genou l’agent de police, un incident qui lui a valu trois jours d’interruption temporaire de travail, puis a eu des mots avec un second fonctionnaire de police.

« Il n'y avait rien de volontaire »Poursuivi en justice pour outrage et violences envers les deux policiers, Patrick Bruel a reconnu vendredi dernier devant le tribunal correctionnel de Nanterre qu’il s’était « énervé », mais a nié le caractère volontaire des blessures infligées au policier. « Il n'y avait rien de volontaire » a expliqué le chanteur. « Je n'aurais pas démarré la voiture avec deux policiers en face de moi. Je ne suis pas complètement cinglé, s’est-il défendu. Je ne veux pas mettre en cause la vérité des policiers, mais je ne pensais pas avoir touché l'un d'entre eux ».

Publicité
Verdict le 6 janvier 2014Si son avocate a demandé que son client soit relaxé, le parquet a lui requis quatre mois de prison avec sursis, assortis d’une amende de 4 000 euros. L’avocat des policiers, lui, a indiqué que la plainte était maintenue mais que Patrick Bruel avait déjà indemnisé les deux agents. Le chanteur sera fixé sur sa peine le 6 janvier prochain.

 

A revoir en vidéo : Patrick Bruel hué à Nice

Publicité