Le lycée où était scolarisé le jeune homme qui vient d’avouer le meurtre de sa petite amie s’inquiétait d’une "dérive sectaire" de sa part.

Alors qu’il vient d’avouer le meurtre de sa petite amie égorgée dans un parc à Perpignan, RTL rapporte que le jeune tueur présumé avait déjà été signalé au service du renseignement territorial des Pyrénées-Orientales. En cause : un incident survenu dans son lycée en début d’année suite auquel Kader, 18 ans, avait été exclu de son établissement pour "mauvais comportement". Une fiche confidentielle avait même été émise à son sujet, le 8 janvier, dans laquelle le lycée du jeune homme expliquait s’inquiéter d’une possible "dérive sectaire" de sa part.

A lire aussi - Perpignan : le petit ami avoue avoir égorgé sa copine

La note confidentielle est datée du 8 janvier, soit le lendemain de l’attaque à Charlie Hebdo. La mère du jeune homme aurait également expliqué au proviseur craindre, "suite aux récentes actualités", que son fils "maintenant livré à lui-même" soit tenté de "faire une bêtise".

La mère était ensuite revenue sur ses propos

Publicité
Mais lorsque la police du service local du renseignement a contacté la mère, celle-ci est revenue sur ses propos. Elle aurait alors assuré que son fils ne tenterait jamais de porter atteinte à la République. Les policiers ont donc conseillé à la mère du jeune homme de le "rescolariser", ce qui lui avait réussi puisqu’il avait décroché son bac en juin dernier.

En vidéo sur le même thème - Disparues de Perpignan : Jacques Rançon avoue le meurtre de Marie-Hélène Gonzales