Le corps sans vie d’Erika avait été retrouvé mardi dernier dans un parc de Perpignan. Son petit-ami s’était présenté à la police le soir même. Il a été mis en examen pour assassinat.

Kader Djibel, le petit-ami d’Erika, dont le corps sans vie avait été retrouvé mardi a avoué le meurtre et a été mis en examen pour assassinat. Deux autres personnes qui avaient été entendus ont été mis en examen pour non-assistance à personne en danger. Il sont cependant en liberté.

Selon le procureur de la république, le jeune homme a "entretenu une relation amoureuse avec cette jeune fille durant plusieurs mois, mais n’a pas supporté l’interruption de cette liaison". Aucun autre mobile n’a été retenu.

"Il a tué ma fille, il l'a égorgée, il l'a poignardée, je le maudis"

Il a donné rendez-vous à Erika dans un parc et l’aurait tué. "Les premières constatations et l’autopsie ont établi que la mort remontait au début de l’après-midi et était due à de très nombreuses blessures causées par une arme blanche, blessures localisées dans le dos, au thorax et à la gorge", a indiqué le procureur.

A lire aussi - Perpignan : le petit ami avoue avoir égorgé sa copine

La mère d’Erika a affirmé que sa fille se sentait en danger depuis quelques temps. "Maman, il va me tuer, il faut que je parte d'ici et je ne veux pas rentrer à la maison sinon il va te tuer toi aussi", aurait confié Erika à sa mère rapporte France 3 Roussillon. "Il a tué ma fille, il l'a égorgée, il l'a poignardée, je le maudis", ranconte la mère de la jeune fille.

Publicité
L’avocat du jeune homme, Fabien Large, explique que son client est "terrassé par ses émotions". Il explique que la période qui s’annonce sera "difficile, douloureuse, compliquée" et que la marche blanche organisée par la famille de la jeune fille a fait monter la tension.

Vidéo sur le même thème - Adolescente égorgée à Perpignan : le suspect a avoué avoir tué sa petite amie