Alors que les stations-service connaissent des pénuries de carburant à cause de la mobilisation contre la loi Travail, le mot "siphonner" connait, lui, un pic des recherches sur internet. Petit rappel sur ces méthodes à ne pas employer en cas de pénurie d’essence.

Avec le blocage des raffineries, jusqu’où irait-on pour trouver un peu d’essence ? Depuis plusieurs jours des files de plusieurs kilomètres de voitures s’étendent devant les rares stations-services approvisionnées en carburant.

D’autres ne prennent plus la peine de guetter pendant des heures et préfère prélever le précieux liquide autre part : directement dans les réservoirs des voitures. Du moins c’est ce qu’on pourrait penser en remarquant que le mot "siphonner" connait un pic de recherche sur Google, d’après Rue 89.

En effet, les termes "siphonner un réservoir", "comment siphonner" ou encore "pompe à siphonner", sont les nouvelles recherches phares sur le moteur de recherche. Une pratique par ailleurs totalement illégale puisqu’il s’agit purement et simplement d’un vol.

Que ce soit en augmentant la pression dans le réservoir, en utilisant une pompe à siphonner ou alors en aspirant avec sa bouche via un tuyau, ce procédé n’est pas permis.

A lire aussi- Pénurie de carburant: que faire si vous ne trouvez pas d’essence ?

Siphonner, voler, dégrader...

Il est également déconseillé de dégrader une voiture, en sectionnant le câble reliant la pompe d’injection au moteur, par exemple, pour récupérer le contenu du réservoir. D’autant plus que cette technique, certes plus rapide que le siphonage, ne permet de récupérer que la moitié du réservoir environ.

D’autres pratiques, toute aussi illégales, sont également utilisées en ces temps de pénurie. D’après Tendance Ouest, des individus se sont introduits sur un chantier près de Dieppe pour subtiliser des bidons d’essence et de gazole.

Toujours d’après le média, en Seine-Maritime, des individus profiteraient même de leur butin volé pour le revendre au double du prix actuel.

Publicité
Le dernier phénomène de ce genre s’est produit en octobre 2010, alors que la France connaissait une autre période de forte contestation, cette fois-ci contre la réforme des retraites. Les 12 raffineries du pays étaient bloquées et plus de 2 500 stations-service -sur 12 500- étaient à court de carburant.

Vidéo sur le même thème : Pénurie de carburants : embouteillages aux stations-service

Publicité