Pour rejoindre votre amant(e) ou échapper à une corvée, des sites spécialisés proposent de vous fournir des alibis en béton. Découvrez les dessous de ce commerce discret dédié à couvrir vos escapades.

Que vous soyez volage ou que vous souhaitiez simplement échapper à une tâche ingrate, pas besoin de chercher bien loin pour trouver une excuse. Le marché des faux alibis, né en Amérique, a fait son chemin en Allemagne, en Suisse, puis en France au cours des dernières années.

La société Alibi express, créée en 2008, est "partie de l’idée que dans un alibi, la première des failles c’est la personne qui le sert". Pour que le mensonge capote, "il suffit d’une rancune ou que la personne soit jalouse", explique Max, co-fondateur de l'entreprise.

À lire aussi – Il fait croire à son épouse qu'il a été enlevé... alors qu'il est avec sa maîtresse !

Une aubaine pour les personnes adultères ?

Alibi-express a su évoluer depuis ses débuts et propose de nombreux services, du simple SMS aux "factures d’entreprises inexistantes, d’hôtels qu’on crée de toutes pièces, etc." "On peut aussi acheter des cadeaux qui n’apparaissent pas sur une facture ni sur vos dépenses de carte bleue", ajoute Max. Sur le site, vous trouverez une multitude de conseils, généreusement offerts par le site, pour éviter de titiller le doute chez votre "partenaire officiel" si vous avez tendance à fricoter ailleurs.

En réalité, remarque Max, "les alibis pour des adultères concernent moins de 30% de notre commerce. (...) Ce sont souvent des excuses pour échapper à un repas de famille, à une convocation…" L'expert en alibis relève qu'"une demande sur trois sort du contexte normal". Une tendance qui se justifie, d'après lui, parce que son travail suggère de "rentre(r) dans l’intimité des gens". Désireux de préserver le secret de ses clients, Max se contente d'évoquer des propositions parfois "farfelues".

Ne pas fournir un alibi à n'importe qui

Même si, selon lui, "les refus concernent (...) un taux très faible", cela lui est déjà arrivé de dire non à des demandes "qui pourraient être détournés de façon négative". "On reste le plus éloigné possible des clients, on évite au maximum les contacts. (...) On fait tout par mail, par écrit, notamment pour que notre travail soit conforme à la demande".

Max possède tout de même une procédure "pour éviter de tomber sous le coup de la loi". "On ne produit aucun faux document administratif, assène-t-il. Pas de fausse carte d’identité, de fausse carte vitale, de faux billet d’avion…"

Un marché sur le fil

Ce business très rentable reste assez risqué, et nombre d'entreprises ont mis la clé sous la porte, à l'instar du site Ibila. Comme l'a expliqué à L'Obs Christine Barnicol, qui a créé avec son mari la société Alibi béton, "les prix dépendent du temps qu’on y consacre". Or, les mails et les SMS ne coûtent pas très cher, entre 2 et 10 euros selon les sites.

Publicité
Il s'avère pourtant que, pour des sites fructueux comme Alibi express ou Alibi béton, le secret est le même : la loyauté de ses utilisateurs. D'après Max, ils sont "environ 99%" à "reprendre contact". Christine Barnicol renchérit en assurant que son site "tourne avec une centaine de clients réguliers".

Vidéo sur le même thème – Ce militaire surprend sa femme en flagrant délit d’adultère

Publicité