Dimanche, Michaël Diaz a tenu à rendre hommage à son père, mort lors des attentats du Stade de France. Mais selon lui, son discours a été "relu et corrigé par l’Élysée" car il y dénonçait certaines dérives du gouvernement.

Manuel Dias a été l’unique victime des attentats-suicides du Stade de France, dans la nuit du 13 novembre. Son fils, Michaël Dias, a prononcé un discours lors de l’hommage rendu dimanche aux victimes des attentats, a rapporté Le Figaro.

Le jeune homme a appelé à "prôner autour de nous la tolérance envers toutes les différences". Si sa voix est restée neutre devant le chef de l‘État, le Premier ministre et une partie du gouvernement, c’est qu’il n’a pas pu exprimer tout ce qu’il avait sur le cœur.

À lire aussi – EN IMAGES Les hommages rendus aux victimes du 13 novembre

"Relu et corrigé"

D'après le témoignage de Michaël Diaz, relaté par L'Équipe et repris par Le Figaro, les victimes et leur famille ont "rarement la parole et elle est contrôlée". Il a assuré que son discours avait été "relu et corrigé par l’Élysée" car il y dénonçait certaines dérives du gouvernement à l'égard des personnes touchées par les attentats.

Publicité
Avec sa mère, le jeune homme a par exemple rencontré des soucis avec l'aide psychologique que l'État s'était engagé à fournir. Il évoque le numéro que les autorités lui ont conseillé d'appeler : "Le psychologue de banlieue nous a dit qu’il n’avait pas le temps et il a fallu se battre pour qu’il voie ma mère quinze minutes".

Vidéo sur le même thème – Hommage aux victimes du 13 novembre : des chants pour se recueillir

Publicité