Sur le plateau de BFM TV lundi 22 septembre, Marine Le Pen a salué les "débuts remarquables" des maires FN. Planet.fr fait le tour des villes frontistes pour vérifier ce constat. Cette semaine : Hayange.

Depuis son élection en mars dernier, Fabien Englemann n’en finit plus de créer la polémique. À plusieurs reprises, le jeune élu frontiste a fait l’objet de critiques que ce soit au niveau de la gestion de sa ville ou de ses comptes de campagne.

Un reportage de Francetv Info rapporte les "pratiques douteuses" de l’édile alors que nous apprenions hier que l’élu est dans le viseur de la justice pour une plainte déposée par son ancienne première adjointe pour abus de confiance, abus de bien social et harcèlement. Mais que se passe-t-il donc à Hayange ? Planet.fr dresse la liste des polémiques qui ont émergé depuis son élection.

La publication d’un livre anti-islam

Quelques jours après son élection, le maire de 34 ans fait déjà parler de lui. En cause, la publication d’un livre autobiographique dans lequel il livre sa vision de la religion musulmane. Publié chez Riposte Laïque (maison d’édition anti-islam), l’ex syndicaliste CGT qu’il est livre un réquisitoire islamophobe dans lequel il dénonce "l’idéologie mahométane" fustigeant un dogme "très offensif et très dangereux pour la démocratie".

Insistant sur la "peur" que la troisième religion du livre lui inspire, Fabien Englemann salue le fait que Geert Wilders (son homologue hollandais) "n’hésite pas comparer l’idéologie islamique au nazisme". Nous sommes alors au mois d’avril.

Quand la mairie fait repeindre une fontaine sans en informer l’artiste

En juillet dernier, c’est pour avoir fait repeindre la fontaine d’un artiste que le maire s’est retrouvé une nouvelle fois au centre d’une polémique. Jugeant l’œuvre "sinistre", Fabien Engelmann a fait repeindre en bleu pétard ce qu’il "peinait à appeler ça de l’art" provoquant l’indignation de l’artiste qui a attaqué la mairie devant le tribunal administratif de Strasbourg.

Lire aussi : Hayange : la sculpture repeinte en bleu par le maire FN va être remise en état et déplacée

Le 11 août, machine arrière. Le maire a annoncé que la sculpture allait être remise en état puis déplacée. Cette affaire illustre entre autres les rapports particuliers entretenus entre le FN et le monde de la culture.

Polémique autour de sa campagne

Dans un document diffusé sur Canal + le 23 août, Marie Da Silva, ex-première adjointe du maire frontiste soutient qu’elle a personnellement réglé des frais de campagne pendant les municipales ce qui est formellement interdit par la loi. De surcroît, elle affirme que ces paiements ont été effectués "sur ordre de Fabien Englemann" pour un total avoisinant de 3000 euros.

Lire aussi :  Comptes de campagne frauduleux : le maire FN Fabien Engelmann piégé par un enregistrement

S’il se défend immédiatement face à ses accusations, un enregistrement publié par Mediapart quelques jours plus tard atteste de la combine. Le 23 septembre, le parquet de Thionville (Moselle) annonce avoir ouvert une enquête préliminaire visant le maire FN pour abus de confiance, abus de bien social et harcèlement suite à une plainte déposée par son ex-première adjointe.

Les pressions sur une boucherie hallal

Au début du mois de septembre, une autre polémique vient semer le trouble à Hayange. Cette fois, Fabien Englemann a été pointé pour s’en être pris arbitrairement à une boucherie hallal du centre-ville de sa commune. Le commerce en question avait reçu une lettre signée du maire lui ordonnant de fermer le dimanche.

Lire aussi : Le maire d'Hayange et la boucherie hallal

Problème : c’est la seule échoppe du secteur à avoir reçu pareille demande. Suite à la fuite de cette affaire dans la presse, le maire qui se dit "contre l’abattage rituel", est revenu sur sa décision et a autorisé la boucherie à rester ouverte selon la législation en vigueur dans le département.

Une ambiance délétère à la mairie

Il est qualifié par nos confrères du Monde de "tyran de Lorraine". Et pour cause, le personnel municipal évoque les "dérives d’un management par la terreur". Habité par "un patriotisme poussé au ridicule", Fabien Englemann est accusé par des employés municipaux d’exercer "des pressions", de "chercher la faute", en allant par exemple fouiller sur leurs profils Facebook selon certains employés.

La pratique de la "délation" des agents qui ont des idées hostiles au FN aurait également grâce aux yeux de l’édile qui selon certains, dirige "avec brutalité" la municipalité. Sous couvert d’anonymat, un employé communal a indiqué au Républicain Lorrain : "le climat entre les agents est délétère. On a peur pour nos familles et pour nos postes". A cela s’ajoutent les mises à pied de plusieurs membres du conseil. Ambiance…    

Danse orientale, trains de mine et fête du cochon

D’autres décisions prises par Fabien Englemann n’ont pas manqué d’attirer l’attention. Des petites mesures lourdes de sens qui mettent mal à l’aise des habitants de cette commune  de 15.000 âmes. Parmi celles-ci, la décision de faire repeindre en tricolore les trois wagonnets de charbonnage exposés dans la ville provoquant l’ire des anciens mineurs.

Publicité
Le retrait des drapeaux européens du fronton de la mairie fait également partie de ses faits d’armes qui lui a d’ailleurs valu la perte des jumelages d’Hayange avec les villes d’Arlon (Belgique) et Diekirch (Luxembourg). L’organisation d’une fête du cochon ou l’interdiction de la danse orientale dans les locaux de la municipalité montrent entre autres que le jeune maire frontiste fait de sa ville un véritable laboratoire idéologique.

 Vidéo sur le même thème : la crise du porc selon Jean-Marie Le Pen

En imagesPhotos : ces personnalités qui soutiennent plus ou moins haut et fort le FN

L'avocat Gilbert Collard

Le Front National a actuellement la cote auprès des Français, et même des personnalités. Connues depuis longtemps ou récemment révélées, ces affinités sont parfois affichées et revendiquées par ces dernières. Si pour le moment Gilbert Collard se "contente" d’adhérer au Rassemblement bleu Marine, Jean-Marie Le Pen aurait bon espoir de le voir un jour ...

Le cinéaste Jean-Luc Godard

 Dans une interview accordée au Monde mercredi, le cinéaste Jean-Luc Godard a clairement évoqué que son cœur penche pour le parti de Marine Le Pen. "J'espérais que le Front national arriverait en tête. Je trouve que Hollande devrait nommer Marine Le Pen Premier ministre", a-t-il ainsi déclaré. Une position que l’artiste n’a cependant pas traduit ...

L’acteur Alain Delon

Alors que le FN ne fait pas l'unanimité, Alain Delon est un fervent soutien du parti frontiste. L'acteur n’hésite pas à s’écharper avec son fils, lequel ne partage pas les mêmes idées que lui.

L’humoriste Jean Roucas

Alors qu’il critiquait ardemment Jean-Marie Le Pen via ses marionnettes, il a finalement décidé de rejoindre le parti de son ancienne cible. "Je voterai Marine Le Pen en 2017", a-t-il affirmé lors de la dernière université d'été du FN.

L’ancienne actrice Brigitte Bardot

En 2012, Brigitte Bardot a confié au Parisien que son vote irait à Marine Le Pen au premier tour de la présidentielle. La présidente du Front National est selon une "femme admirable" qui "a dédiabolisé" le FN, et même "la seule" à s'être "occupée de dénoncer le scandale de la viande halal".

Jean-François Belmondo

Le neveu de l’acteur Jean-Paul Belmondo s’est récemment présenté comme candidat du Front National aux prochaines élections municipales de Paris.

L’humoriste Dieudonné

Souvent décrié pour ses sketchs antisémites, Dieudonné a choisi Jean-Marie Le Pen pour être le parrain de sa troisième fille en 2008. "J'ai de l'estime pour Dieudonné. Nous nous sommes rapprochés car nous avons des points communs", avait alors commenté l’ancien président du Front National.

Autres diaporamas