Suspecté d'avoir falsifié ses comptes de campagne, Fabien Engelmann pourrait être destitué de sa fonction et écoper d'une peine d'inéligibilité.

Les maires Front National, ou affiliés au parti d’extrême droite, n’en finissent plus de créer la polémique. Entre les heurts opposant maires FN et artistes et les arrêtés toujours plus surprenants pris par Robert Ménard, Fabien Engelmann, maire d’Hayange, se retrouve sous le feu des projecteurs peu de temps après la polémique liée à la dégradation d’une fontaine dans sa ville. En cause cette fois-ci, ses comptes de campagne suspectés d’être frauduleux. Explications.

Retour sur les faits

Dans un document de Canal+ tourné le samedi 23 août mais diffusé lundi 1er septembre, Marie Da Silva, l’ex première adjointe du maire d’Hayange (Moselle), soutient qu’elle a personnellement réglé des frais de campagne lors des municipales ce qui, au passage, est formellement interdit par la loi.

>> Lire aussi : Le maire FN d’Hayange sort un livre anti-islam

En effet, seul le mandataire financier peut régler les dépenses de campagne. Mais, l’adjointe déboutée (pour des raisons qui semblent liées à l’affaire) a dépensé 3600 euros en mars dernier pour la réalisation de deux tracts payés en mandats postaux "sur ordre de Fabien Engelmann" a-t-elle précisé. Une copie du justificatif de paiement est visible sur le site Francetv Info.

Dans ce reportage, une scène surréaliste oppose l'époux de l'adjointe à Fabien Engelmann. Le mari de l'élue réclame alors son "fric" devant la caméra des journalistes.

Piégé par un enregistrement

Le maire d’Hayange a assuré auprès de nos confrères de France tv info et Mediapart qu’il ne s’agissait que d’une "avance en caution" et que des impératifs liés au timing de la réalisation des tracts et à l’indisponibilité de son mandataire ont conduit le candidat FN à procéder à cette manœuvre.

Or, cette version diffère complètement de celle que l’édile FN a tenue au cours d’une discussion téléphonique enregistrée par son adjointe. Sur ces enregistrements, Fabien Engelmann informe sa colistière qu’en réalité, les caisses de son mandataire sont vides et détaille la combine.

Un chèque de 1500 euros de remboursement a été émis au nom de la belle fille de Marie Da Sylva par l’association qui a imprimé les tracts afin d'échapper à la vigilance de l'administration. Cette manœuvre frauduleuse a également été révélée par les enregistrements, ce qui remet en cause le principe même de caution défendu en amont. Son ancienne adjointe a par ailleurs indiqué qu’elle avait fait en novembre 2013 un don de 1000 euros au candidat sans que cette somme paraisse dans ses comptes de campagne.

Fabien Engelmann assure que cela correspond au prix de la voiture qu’il lui a vendue. Or, Marie Da Sylva a affirmé à Mediapart qu’elle ne lui a jamais acheté de véhicule et que le maire FN "a vendu sa Scénic il y a quinze jours" …

Publicité
Cette dernière a porté plainte au tribunal de Thionville (Moselle) pour "abus de confiance, abus de biens sociaux et harcèlement" et a fait savoir qu’elle avait déposé un dossier à la commission nationale des comptes de campagne avec "toutes les preuves".  

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour : 

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité