Invité ce matin sur le plateau d'I>Télé, Gilbert Collard a vivement critiqué le retour annoncé de Nicolas Sarkozy, quitte à le tacler sur ses ennuis judiciaires.

Alors que Nicolas Sarkozy prépare soigneusement le terrain son retour, le député du Gard Gilbert Collard en a profité pour sortir les flingues. Invité ce-jour à la matinale d’I>Télé, le célèbre avocat proche de Marine Le Pen a raillé le plan de reconquête de l’ancien président. "C’est un peu comme le monstre du Loch Ness, en août il revient" s’est amusé Gilbert Collard ajoutant "quand un premier film est raté, le second ne marche pas".

>> Lire aussi : Gilbert Collard dit perdre de l’argent depuis qu’il est député

Sarkozy ce "bagnard médiatique"

Publicité
Outre les attaques sur sa communication, le parlementaire mariniste entend tacler l’ex-chef de l’État sur les diverses affaires dans lesquelles son nom est cité. Ainsi, Gilbert Collard s’est demandé comment Nicolas Sarkozy pouvait justifier ses velléités de retour "avec les boulets judiciaires de bagnard médiatique qu'il traîne". "Il va bien falloir qu'il se sorte des affaires" a-t-il renchéri en se demandant comment l’ancien président pourrait "échapper à la notion de recel, à la notion de complicité" concernant l’affaire Bygmalion. Pour le candidat malheureux à la mairie de Saint-Gilles, cela ne fait aucun doute, il ne voit pas "comment (…) il [Nicolas Sarkozy ndlr] pourrait échapper à une mise en cause".

Vidéo sur le même thème : coup de gueule de Gilbert Collard "il y en a marre de cet argument des racistes"

En imagesBygmalion : tous les protagonistes de cette vaste affaire

Jean-François Copé

Le député-maire de Meaux est le personnage central du volet qui concerne l’UMP. Le président du parti d’opposition est soupçonné d’avoir surfacturé à la société Bygamalion fondée par deux de ses proches des évènements en marge de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2012. Accablé, Jean-François Copé a même annoncé qu’il allait rendre les r...

Nicolas Sarkozy

C’est pour masquer les folles dépenses de sa dernière campagne présidentielle que l’UMP aurait décidé de surfacturer des évènements et ainsi, ne pas dépasser la somme de 22 millions d’euros autorisée.

Me Patrick Maisonneuve

L’avocat de Bygmalion accuse l’UMP d’avoir surfacturé des évènements à son client en 2012.

Jérôme Lavrilleux

L’ancien directeur adjoint de la campagne de Nicolas Sarkozy et actuel directeur de cabinet de Jean-François Copé a récemment avoué sur le plateau de BFM TV avoir tenté de dissimuler l’explosion des frais de campagne de l’ex-président il y a deux ans. "Il y a eu l’engrenage irrésistible d’un train filant à toute vitesse. Ceux qui devaient tirer la son...

Bastien Millot

Proche de Jean-François Copé, il a fondé Bygmalion en 2008 avec Guy Alvès.

Dominique Dord

  L’ancien trésorier de l’UMP (de 2010 à 2012) a récemment été entendu par les enquêteurs. Il doit notamment répondre de faux et usage de faux, d’abus de biens sociaux, d’abus de confiance et de recel.

Guillaume Peltier

  Le vice-président démissionnaire de l’UMP est visé dans une enquête pour délit de favoritisme et prise illégale d’intérêts présumés. Son domicile a d’ailleurs été perquisitionné mardi. L’enquête fait suite à une plainte déposée en décembre 2012 par l’association de lutte anticorruption Anticor et à une décision du maire UMP de Menton, Jean-Claud...

Patrick de Carolis

  L’ancien PDG de France Télévisions est lui aussi mêlé à l’affaire Bygmalion, dans son volet télévisuel. Il a récemment été mis en examen pour favoritisme, soupçonné d’avoir reçu près de 120 000 euros de commission de la part de Bygmalion entre 2008 et 2012.

Camille Pascal

  Le secrétaire général de France Télévisions a lui aussi été mis en examen dans le cadre du volet télévisuel de l’affaire Bygmalion.

Autres diaporamas

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité