Selon Europe 1, plus d'un millier de sites internet français ont été piratés en quelques jours par des hackers se revendiquant comme islamistes. Et la journée de jeudi pourrait connaître un pic de cyberattaques. 

Vers un pic de cyberattaques islamistes ? Selon Europe 1, plus de 1000 sites ont été piratés depuis les attentats terroristes orchestrés la semaine dernière à Paris. "Plus d'un millier de sites ont été touchés au total, plus ou moins fortement. Ces sites sont majoritairement de petite taille", a résumé François Paget, expert chez l'éditeur de logiciels anti-virus McAfee, interrogé jeudi par la radio.

Depuis plusieurs jours, des sites de mairies, conseils généraux, universités, églises ou encore entreprises ont en effet été piratés. Les pages d’accueil affichaient alors des messages à caractère idéologique, tels que : "Il n'y a de Dieu qu'Allah", "Death to France" (Mort à la France) ou encore "Death to Charlie" (Mort à Charlie). Des attaques qui sont revendiquées par des "cyberjihadistes" originaires du Maghreb ou de Mauritanie, selon l’AFP.

Réunion de professionnels de la sécurité informatique

Ces attaques pourraient être même bien plus nombreuses ce jeudi. "Les revendications initiales parlaient d'un point d'orgue le 15 janvier", précise Gérôme Billois, expert du Cercle européen de la sécurité informatique et consultant pour le cabinet Solucom, interrogé par Le ParisienPour tenter de faire face à ces attaques, des dizaines de professionnels de la sécurité informatique se sont réunis mercredi à l’appel du Club de la sécurité de l'information français (Clusif). 

Publicité
Peu de temps après l’attentat contre Charlie Hebdo, qui avait fait 12 morts, des hackers se revendiquant du collectif "Anonymous" avaient annoncé qu’ils vengeraient les victimes en s’attaquant aux sites de groupes jihadistes. Une annonce qui avait rapidement fait réagir les terroristes, qui avaient lancé une série d’attaques informatiques.

En vidéo sur le même thème - Charlie Hebdo : le numéro des survivants 

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité

A lire aussi sur Planet