Une jeune américaine, nommée Cella, a eu la mauvaise idée de critiquer sur Twitter le travail qu'elle venait de trouver dans une pizzeria de Dallas. De quoi énerver le directeur, qui l’a licenciée avant même son premier jour. 

Il faudra désormais tourner sa langue sept fois avant de tweeter. Une jeune américaine du nom de Cella a eu la mauvaise surprise d’apprendre son licenciement avant même son premier jour au sein d’une pizzeria après avoir fait part sur Twitter de son embauche... Une nouvelle qui semblait loin de l’enthousiasmer. "Dur... je commence ce putain de job demain", a écrit la jeune femme dans un tweet publié le 6 février dernier et rapidement supprimé.

Mais peut-être pas assez vite pour que son futur patron, vraisemblablement très connecté, ne le repère pas. Robert Waple, gérant d’une pizzeria de la chaîne Jet’s pizza à Dallas, n’a en effet pas du tout apprécié le tweet de l’employée tout juste recrutée. "Et non, vous ne commencez pas ce putain de travail aujourd'hui. Je viens de vous renvoyer ! Bonne chance avec votre vie sans argent et sans travail", lui a-t-il répondu sur le réseau social.

Publicité
La jeune femme a alors appelé le restaurant pour se voir confirmer son licenciement. "J’ai été virée sur Twitter", a-t-elle ajouté sur le site peu après la réponse du patron. La médiatisation de l’affaire ne devrait pas beaucoup l’aider à retrouver un emploi mais elle aura, sans aucun doute, appris qu’il lui faudra désormais réfléchir avant de tweeter.

En vidéo sur le même thème : Une jeune américaine perd son travail après un tweet à l’humour douteux 

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité