Y aurait-il eu une nouvelle bavure policière ? Un jeune homme affirme avoir été victime de "violences policières" à Mantes-la-Jolie et a porté plainte. Le point sur l'affaire.

Il a porté plainte samedi contre X pour "violences policières à caractère raciste" auprès du parquet de Versailles. Un jeune homme de 27 ans affirme avoir été insulté, frappé et brûlé lors de son interpellation dans la cité du Val Fourré, à Mantes-la-Jolie, dans les Yvelines, mardi dernier. Selon son avocat, Me Calvin Job, le jeune homme a été contrôlé par la police, qui souhaitait fouiller le véhicule d'un de ses proches dont il avait les clés. La fouille ne donnant rien, un second fourgon des forces de l'ordre serait arrivé et aurait embarqué l'homme pour un contrôle d'identité. C'est à ce moment-là que tout aurait dégénéré.

Retrouvez notre zapping Actu du jour

Jean-Luc Mélenchon se moque de l'accent d'une journaliste

Voir plus de vidéos

"Mon client a accepté le contrôle, mais [les policiers] l’ont fait monter dans leur fourgon avant de le menotter", explique l'avocat, dont l'AFP rapporte les propos. Et de poursuivre : "Mon client m’a expliqué qu’ils l’ont frappé en le traitant de 'sale négro', qu’il a été maintenu contre un chauffage dans le fourgon, qu’il disait souffrir des mains, mais que les policiers étaient restés impassibles." Du côté des forces de l'ordre, interrogées par France 2, on affirme que le jeune homme se serait rebellé dans le fourgon et n'aurait à aucun moment alerté les policiers que sa peau brûlait.

Publicité
Une source policière déclare à l'AFP que l'interpellation de l'individu aurait été "très virulente", avec comme motif : "outrage et rébellion". Après être sorti une première fois de l'hôpital mercredi, le jeune homme y serait retourné vendredi. "Il a finalement rejoint le centre hospitalier Saint-Louis de Paris pour être opéré. L’intervention chirurgicale a eu lieu vendredi. Il doit rester hospitalisé une semaine", a déclaré Me Calvin Job. Selon France 2, le jeune homme aurait subi une greffe de la peau. Son avocat demande à ce que l'IGPN, la police des polices, soit désormais saisie de l'affaire afin que lumière soit faite sur ce qu'il s'est réellement passé.

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité