Marche républicaine à Paris : ce qu’il faut retenir de cette journée historiqueAFP
Unies contre le terrorisme et pour la liberté d’expression, des milliers de personnes ont battu le pavé ensemble dimanche. Un mouvement parti de Paris mais qui a rapidement gagné toute la France et plusieurs pays au-delà de nos frontières. Chiffres, ambiance… Planet.fr fait le point.

Une manifestation mondiale inédite. Dimanche, la marche républicaine a réuni entre 1,2 et 1,6 million de personnes autour de la place de la République à Paris. Et plus de 3,7 millions à travers la France. "Je suis Charlie, je suis juif, je suis la France", avaient marqué les manifestants sur des pancartes en réaction aux attaques terroristes qui ont lieu la semaine dernière dans la capitale.

A lire aussi – Marche républicaine : hier, le monde entier était Charlie

Les secours acclamés par la foule

Pompiers et policiers ont été acclamés par la foule, dimanche dans les rues de Paris. Au passage de leurs véhicules au milieu des manifestants, ces derniers les ont vivement applaudis pour saluer leur travail et rendre hommage à leurs collègues tués. Trois membres des forces de l’ordre ont été assassinés dans les attaques terroristes de la semaine dernière. "Trop beau, c'est vrai ont est gêné, destabilisé un peu par vos applaudissements. On a pas trop l'habitude. Excusez-vous"; a d'ailleurs ecrit le GIPN sur sa page Facebook.

Publicité
Publicité

Un cortège historique de chefs d’Etat

Une cinquantaine de chefs d’Etats se sont également réunis à Paris contre le terrorisme et en faveur des valeurs républicaines. Ainsi, François Hollande a marché bras dessus bras dessous avec Angela Merkel (Allemagne) et Ibrahim Boubacar Keïta (Mali), tandis que d’autres suivaient à côté ou derrière : David Cameron (Royaume-Uni), Matteo Renzi (Italie), Mariano Rajoy (Espagne), Benjamin Netanyahu (Israël), Mahmoud Abbas (Palestine), etc. Une image rare qui promet de rester gravée dans l’Histoire.

Une ambiance très digne

Très sécurisée, la manifestation de Paris s’est déroulée sans aucun incident ni débordement. Un important dispositif de sécurité avait pourtant été mis en place : 5 000 policiers et militaires avaient été mobilisés, les égouts fouillés… Dignes, les manifestants ont défilé dans le calme, entonnant parfois la Marseillaise ou scandant des messages en faveur de la liberté d’expression. Mais rien de trop agité, la marche étant même qualifiée de "statique". Si bien que plusieurs enfants, parfois très petits, ont pu accompagner leurs parents.

Quelles suites ?

Les manifestants étaient nombreux dimanche à s’inquiéter des suites de ce mouvement. Après la mobilisation, y aura-t-il de l’action ? C’est en tout ce que la plupart espère, redoutant que le mouvement de n’essouffle avant que des mesures pour lutter contre le terrorisme aient été prises par le gouvernement. Conscient de ces attentes, le président François Hollande a organisé une réunion sur la sécurité intérieure ce lundi. Un sommet international contre le terrorisme devrait également avoir lieu le 18 février à Washington (Etats-Unis).

 Vidéo sur le même thème : un cortège historique