Un adolescent a été tué par un requin dimanche alors qu’il surfait aux Aigrettes (La Réunion). Ce lundi, plusieurs dizaines de personnes se sont réunies sur la plage pour lui rendre hommage.

Une nouvelle attaque mortelle de requin a eu lieu le weekend dernier. Dimanche matin, un surfeur de 13 ans a été tué. L’adolescent surfait aux Aigrettes à Saint-Paul, dans une zone interdite à la baignade, lorsqu’il a été happé par requin. Selon les premiers éléments, le squale qui l’a attaqué est un requin bouledogue. Au moment du drame, le jeune homme, membre prometteur du pôle espoir surf, était en compagnie de six autres membres de la ligue.

"Le danger est réel"

L’annonce de son décès a provoqué une onde de choc sur l’île. Aussi, près de 500 personnes sont venues se recueillir ce lundi sur les lieux du drame. Beaucoup ont apporté des fleurs qu’elles ont ensuite jetées à la mer tandis que d’autres brandissaient des pancartes sur lesquelles on pouvait lire le nom des dernières victimes d’attaques de requins à la Réunion. Elio est la septième victime d’une telle attaque depuis 2011. Alors que la mer était agitée dimanche, la veille la mairie de Saint-Paul avait décidé de déconseiller formellement la baignade et le surf dans cette zone. Mais l’adolescent et ses amis n’en ont visiblement pas tenu compte. "Comment peut-on reprocher à un adolescent de vouloir pratiquer son sport, sa passion?", a interrogé l’adjoint au maire, Patrick Florès au micro de BFM TV."Avant on pouvait surfer par tous les temps et à toute heure. Ce n'est plus possible aujourd'hui. Plus rien ne sera, plus jamais, comme avant", a-t-il ajouté avant de rappeler : "Le danger est réel, important, sinon nous n'aurions pas mis en place la sécurisation par des zones expérimentales" à la mi-février.

Un arrêté pour "interdire la mer"

Publicité
Il y a deux mois, un arrêté a été mis en place interdisant la baignade et le surf en dehors du lagon et des zones surveillées et ce, jusqu’en février 2016. Une décision vivement critiquée par certains Réunionnais qui y voient une "interdiction de la mer". Ils reprochent notamment à cet arrêté d’avoir entraîné l’annulation de toutes les compétions de surf et de bodyboard mais aussi d’avoir eu une incidence négative sur l’activité touristique de l’île.

 Vidéo sur le même thème : Un requin s’approche sur le bord de plage

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité