234 556 adhérents des Républicains ont été appelés aux urnes pour élire leur nouveau président ce dimanche. Ce dernier aura beaucoup de travail dès ce lundi.

Laurent Wauquiez, Florence Portelli et Maël de Calan sont les trois candidats en lice pour la présidence du parti Les Républicains. Les militants vont donc devoir les départager dans ce premier scrutin qui risque de peu rassembler. En effet, à 11h ce dimanche, 52.512 militants avaient voté, selon la Haute autorité, l'organisme indépendant en charge de l'organisation des opérations. Le scrutin est ouvert depuis samedi soir 20h et le restera jusqu’à 20h, ce dimanche. Les résultats pourraient être proclamés "avant 21H00", selon Anne Levade, présidente de la Haute autorité.

L’Europe au cœur du débat

Si une victoire de Laurent Wauquiez est plus que probable, il pourrait se mettre au travail dès demain. Les défis qui attendent le nouveau président sont d’une grande ampleur. Parmi eux, la mission de rassembler les différentes tendances du parti Les Républicains, en suivant une ligne claire, semble la plus urgente, explique BFMTV. En effet, entre la tendance droitière et les plus modérés plus rien ne va. Le nouveau président devra donc tenter de fédérer autour d’un projet qui contentera le plus grand nombre.

Publicité
Le premier grand test électoral sera le 1er juillet 2019 lors des élections européennes. Or pour Les Républicains cette question de l’Europe a toujours été un sujet de clivage. Si c’est Laurent Wauquiez qui est élu, il devra lui-même choisir sa position définitivement puisqu’il a évolué sur ce sujet. En effet, lui qui était il y a quelques années pro-Europe, se dit aujourd’hui eurosceptique. Enfin, le nouveau président devra réveiller un parti qui semble s’être endormi après les deux dernières présidentielles perdues.

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité