Depuis quelques jours, des bruits autour du candidat à la présidentielle font état de sa supposée attirance pour les hommes. Derrière cette rumeur, un possible coup bas politique.
AFP

Depuis quelques jours, une rumeur affirme qu'Emmanuel Macron est homosexuel et qu'il aurait pour amant Mathieu Gallet, le patron de Radio France.

Mais le candidat à la présidentielle a récem­ment démenti ces ragots en assu­rant qu’il n’avait "pas de double vie" et qu’il tenait "plus que tout à sa vie fami­liale et mari­tale" avec sa compagne Brigitte Trogneux.

A lire aussi Qui est Mathieu Gallet, le supposé amant d'Emmanuel Macron ?

Mais dans le camp Macron, cette histoire de rumeur ne fait pas rire et une riposte a vite été mise sur pied pour faire taire ces bruits. "On ne pouvait pas partir dans la campagne avec ce fil à la patte" a expliqué le député Arnaud Leroy au Parisien

"On a compris que c'était une campagne contre-feu de l'entourage de Fillon"

La question est maintenant de savoir d'où vient cette rumeur. "Depuis une douzaine de jours, nous avions reçu dans une chaîne de mails un message dénonçant notre candidat comme un homosexuel honteux et nous avons aussi reçu une avalanche d'appels nous informant que des photos compromettantes allaient sortir dans la presse à scandale. Cette machination était d'une efficacité redoutable", explique au quotidien le patron de la communication d'Emmanuel Macron, Sylvain Fort.

Très vite, les soupçons se sont portés sur la droite et François Fillon, actuellement empêtré dans l'affaire Penelope Fillon. "En réalité, on a compris que c'était une campagne contre-feu de l'entourage de Fillon", assure une source au sein de l'équipe d'"En Marche !".

Vidéo sur le même thème : Démonstration de force d'Emmanuel Macron à Lyon

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la matinale de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Vidéo : Nordahl Lelandais : une nouvelle plainte déposée pour la mort d'un jeune homme de 18 ans