Près de 3 millions d'euros de dons et d'emprunts n'ont pas été utilisés par François Fillon lors de la campagne présidentielle. Le parti Les Républicains compte bien récupérer ce pactole pour financer la campagne des législatives. Mais le candidat malheureux ne l'entend pas ainsi.
©AFP

Le microparti de François Fillon est à la tête de trois millions d'euros selon le journal Le Parisien. Et le candidat a bien l'intention de garder cet argent, initialement prévu pour le financement du second tour l'élection présidentielle. Mais c'était sans compter sur le parti Les Républicains (LR). "Nous estimons que cette somme, au moins en grande partie, nous revient. Pour le moment, nous n'en avons pas encore discuté avec Force républicaine, mais il n'y a aucune raison qu'on ne trouve pas de terrain d'entente", a déclaré Daniel Fasquelle, trésorier du parti LR au journal Parisien.

Si la somme était initialement destinée à financer la campagne de François Fillon à la primaire de la droite et donc légalement propriété de Force républicaine, l'argent collecté était aussi légalement prévu pour le financement de la campagne présidentielle, et devaient par conséquent revenir aux Républicains.

Publicité

À lire aussi : L'avenir de François Fillon se précise

Publicité

"Des dons pour aider François Fillon dans ses combats politiques"

Une association a d'ailleurs été créée par François Fillon, A3F, qui devait servir à reverser les sommes non utilisées lors de la campagne au parti de droite. Problème, l'intégralité de la somme n'aurait pas été rétrocédée aux Républicains. "Nous n'avons rendu au parti que les sommes qu'il nous avait avancées pour financer la campagne. Si d'autres montants nous étaient réclamés dans ce cadre-là, bien sûr, nous paierions. Pour le reste, il s'agit de dons faits pour aider François Fillon dans ses combats politiques, il n'y a donc pas de raison de les donner à LR. C'est légal. Il n'y a donc pas de sujet", a précisé Vincent Chriqui, ancien directeur de campagne de François Fillon, au Parisien.

Le quotidien révèle que quelques figures du parti LR menacent déjà le candidat à la présidentielle. L'un d'entre eux souhaite d'ailleurs porter l'affaire en justice si aucun arrangement n'est trouvé entre le microparti et Les Républicains.

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour :