En marge d'un meeting à Marseille, Jean-Marie Le Pen a abordé au cours d'une discussion avec des journalistes la question de "l'explosion démographique dans le monde" dénonçant "le remplacement de la population qui est en cours".

© AFP

AFP

En campagne pour les européennes dans le sud-est de la France, le président d’honneur du FN a tenu hier un meeting à Marseille au cours duquel il a renoué avec les fondements frontistes. En marge de la dédiabolisation orchestrée par sa fille, Jean-Marie a dit craindre "un remplacement des populations" françaises par celles issues de l’immigration.

Lire aussi : Les points communs entre Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon

"Dans notre pays et dans toute l'Europe, nous avons connu un phénomène cataclysmique: l'invasion migratoire dont nous ne connaissons mes chers amis aujourd'hui que le début du commencement", a-t-il lancé devant environ 1500 personnes. Applaudi, Jean-Marie Le Pen a déclaré que "cette immigration massive risque de produire un véritable remplacement des populations".

L’islam et sa "vocation conquérante"

En grande forme du haut de ses 85 ans, le fondateur du parti a ajouté que le "phénomène d'immigration massive est aggravé chez nous par un fait religieux: une grande partie de ces immigrés sont des musulmans". Un problème pour Jean-Marie Le Pen qui soutient que cette religion "a une vocation conquérante" ajoutant que l’islam va "jusqu'à conquérir jusque dans nos propres rangs -pas au FN mais en France- de nombreux et nouveaux fidèles".

Le virus Ebola pour "régler tout ça"

Publicité
Lors d'une discussion où il parlait de "l'explosion démographique" dans le monde le président d’honneur du FN s’est livré à une remarque hasardeuse. Deux journalistes de l’AFP assistaient à cette conversation entre le maire FN de Cogolin et Jean-Marie Le Pen. Alors que l’édile fraîchement élu lui signalait qu’il n’était jamais trop tard pour enrayer l’immigration ce dernier a répondu "Il n'est jamais trop tard, mais il est bien trop tard quand même", avant d'ajouter : "Monseigneur Ebola peut régler ça en trois mois" faisant référence au virus mortel qui sévit encore en Afrique.

 Voir sur le même thème: la crise du porc selon Le Pen

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité