Entendu par les juges, l'ex-directeur de la société en charge des meetings de Nicolas Sarkozy assure avoir prévenu l'équipe du campagne de l'UMP de "surcouts".
© AFPAFP

L’ex-patron d’Event & Cie (filiale de Bygmalion en charge des meetings de Nicolas Sarkozy) a été entendu par la justice au début du mois de janvier. Et selon une source proche du dossier citée par l’AFP, Franck Attal a juré aux magistrats qu’il avait prévenu l’équipe de campagne de "surcouts" pendant la campagne de 2012. Toujours selon le prestataire, les responsables de la campagne de l’ex-président lui répondaient alors de continuer.

Lire aussi : Affaire Bygmalion : les révélations accablantes de l’ex-trésorière de l’UMP

En outre, Franck Attal a expliqué que dès les premiers meetings, le staff du candidat Sarkozy lui avait demandé de revoir le prix des prestations à la baisse. Suite à cette demande, il a donc proposé à Fabienne Liadzé (directrice des ressources de l’UMP) et Guillaume Lambert (directeur de campagne) des formules moins onéreuses. Dans le détail, Event & Cie facturait désormais les petits meetings entre 200 et 250 euros et les grands à 450.000 euros.

Les responsables de la campagne ont alors accepté mais le prestataire a dû faire face à des demandes supplémentaires aux "coûts non négligeables" qui sont venues s’ajouter aux prestations initiales. Franck Attal précise alors que malgré les avertissements qu’il avait adressés à Guillaume Lambert et Jérôme Lavrilleux, on lui demandait de s’exécuter.

 En vidéo sur le même thème : Les aveux de Jérôme Lavrilleux sur BFM TV

Vous avez envie de lancer votre projet ? De créer votre entreprise ? Découvrez la formation prise en charge à 100% par l'état >

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.