Christophe Castaner passe pour un habitué des bourdes. D'ailleurs, il semble avoir commencé assez tôt.

C'est un souvenir malheureux que le ministre de l'Intérieur aurait probablement préféré oublier. Depuis son entrée au gouvernement d'Edouard Philippe, Christophe Castaner semble multiplier les gaffes et les faux pas en tout genre. Porte-parole du gouvernement, il enchaîne les lapsus. A peine nommé ministre de l'Intérieur, il attire l'attention du public par ses nombreuses bévues, qui se suivent et se ressemblent.

Propos maladroits sur le "voile chrétien", révélation de ses liens passés avec le milieu marseillais, violences policières contre les "gilets jaunes", virée en boîte de nuit remarquée, gestion douteuse de l'affaire Steve Maia Caniço, le ministre n'en loupe pas une, cristallise les critiques et doit faire face à de nombreuses accusations d'incompétence.

BD porno et coups bas : Christophe Castaner, un ministre gaffeur ?

Pourtant, un article de Marianne nous apprend que Christophe Castaner n'en est pas à son premier écard, et semble même avoir commencé tôt. Le 9 juin 1995, plus précisément. Ce jour là, la campagne municipale d'Avignon a pris une tournure un peu particulière.

Au matin, les habitants de la ville se sont réveillés avec un présent délicat déposé dans leur boîte aux lettres. Une bande dessinée intitulée "La dinde enchaînée" et "Érections municipales". Dans cette BD, la candidate RPR locale Marie-Josée Roig, représentée sous les traits d'une dinde, et le sénateur Alain Dufaut, grimé en vautour, sont l'objet de dessins pornographiques.

La BD reproche au sénateur son alliance avec le représentant du "F-Haine" local, caricaturé en skinehead à brassard noir. Marie-Josée Roig est croquée en automobiliste déambulant dans une voiture noire ornée d'une bouche aux lèvres proéminentes type caricature coloniale. Un personnage noir la décrit alors comme arrivant dans sa "twingo noi’e" Drôle de moyen pour dénoncer le FN, la "haine" et le racisme.

"J'ai été très interloquée en découvrant ce tract, mais ayant une bonne connaissance de la population avignonnaise, j'étais aussi persuadée que cela ne prendrait pas, et ce fut largement le cas", confie Marie-Josée Roig à Marianne. De fait, l'élection municipale sera remportée par la candidate de droite, qui sera constamment réélue durant dix-huit ans.

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la matinale de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.