Après le premier rang du cortège, Nicolas Sarkozy s’incruste sur le perron de l’ElyséeAFP
Il semble que Nicolas Sarkozy a eu du mal à s’en tenir à ses fonctions de président de l’UMP, dimanche en marge de la marche républicaine. Après s’être hissé au premier rang du cortège des chefs d’Etat, il a également eu du mal à quitter le perron de l’Elysée.

Il y a un peu plus de deux ans, Nicolas Sarkozy était président de la République. Aujourd’hui, il est président de l’UMP. Et alors que la prochaine élection présidentielle approche, il semble qu’il éprouve quelques difficultés à rester dans le cadre des fonctions qui sont les siennes. En témoigne son incursion au premier rang du cortège des chefs d’Etat dimanche pendant la marche républicaine à Paris. En quelques minutes, Nicolas Sarkozy a en effet réussi à briser le protocole et à dépasser le troisième rang où il avait été placé pour se positionner dans le premier. Il s’était alors retrouvé entre le président malien et le Premier ministre israélien, ce qui n’avait pas manqué d’amuser la toile.

Publicité
Publicité

A lire aussi –Comment Nicolas Sarkozy s’est incrusté sur la photo des chefs d’Etat

Sarkozy a demandé à Hollande s’il pouvait rester
Mais si Nicolas Sarkozy a joué des coudes pendant la marche républicaine, il semble qu’il a aussi rusé pour rester le plus longtemps possible sur le perron de l’Elysée. Ainsi que le montre une séquence repérée par "Le petit journal" de Canal+, après avoir été accueilli par François Hollande sur le perron de l’Elysée, Nicolas Sarkozy ne serait pas entré dans le palais comme il devait normalement le faire mais a demandé à son successeur s’il pouvait rester pour accueillir François Fillon. Une requête à laquelle l’actuel chef d’Etat a accédé. Seulement, le patron de l’UMP ne s’en est pas tenu à cette faveur et est également resté pour accueillir ses autres "collègues" (Alain Juppé, Edouard Balladur et Jean-Pierre Raffarin). Ce qui a donné lieu à une photo presque absurde : François Hollande et Nicolas Sarkozy accueillant tous les deux quatre anciens Premiers ministres de droite.

Vidéo sur le même thème : un cortège historique