Tout quitter, s'installer à la campagne et ouvrir une maison d'hôtes : le projet séduit de nombreux Français. Mais avant de tenter l'aventure, encore faut-il bien mesurer l'investissement et le risque financier que vous prenez. Car ce n'est pas toujours un bon plan. Découverte.
Ouvrir une maison d'hôtes : bon plan ou galère ? Istock

Se lancer et ouvrir sa maison d'hôtes : finalement assez simple

Quelques contraintes : pour ouvrir une chambre d’hôtes, rien de bien compliqué. Il suffit d’aménager une pièce chez soi d’au moins 9m2 qui donne un accès à une salle de bains et des toilettes, dans laquelle des touristes pourront y passer la nuit et y prendre leur petit-déjeuner, comme dans un hôtel. Vous pouvez ouvrir chez vous jusqu'à 5 chambres d'hôtes, et accueillir jusqu'à 15 personnes.

Un minimum de service : difficile de s’absenter quand vous avez du monde car le petit-déjeuner, ainsi que la fourniture du linge de maison (draps, serviettes de toilette) sont automatiquement inclus dans la nuitée.

Des formalités légères : pour débuter, une déclaration d’activité auprès de votre mairie est suffisante. Vous la compléterez d’une inscription au registre du commerce si cela devient une activité principale et suffisamment rémunératrice. 

Sachez-le : le respect des normes handicapées n’est pas obligatoire car les maisons d’hôtes n’appartiennent pas à la catégorie des "établissements recevant du public". Il n'y a aucune obligation en matière d'équipements si ce n'est de respecter les caractéristiques d'un logement décent.

 

Mais est-ce rentable ?

Pas vraiment pour une activité principale : en 2018, ce sont près de 23 000 loueurs qui exerçaient pour 60 000 chambres d’hôtes sur l’ensemble du territoire français. Le prix moyen d’une nuitée constaté était de 86€ pour deux personnes, petit-déjeuner inclus avec un  taux d’occupation de 30 % en moyenne (soit 110 jours/an) et un chiffre d’affaires annuel d’environ 30 000€.

Pour le fisc, une fois toutes les charges déduites (frais d’entretien, de petit-déjeuner, menus travaux, charges, emprunt...), cela correspond à un revenu net avant impôt de 8700€/an selon les chiffres de Accueillir magazine.

Des chiffres qui évoluent bien entendu en fonction de la localisation et de l’offre proposée.

Côté fiscalité : les revenus provenant de cette activité sont à déclarer au titre des bénéfices industriels et commerciaux (BIC) avec une imposition soit aux frais réels, soit avec un abattement sur le chiffre d’affaires de 71%. Les revenus sont également soumis aux cotisations sociales s’ils dépassent les 5268,12€ en 2019.

 

Des économies d'impôts avec la défiscalisation Pinel (contenu sponsorisé)

Vidéo : Des annonces de location frauduleuses sur le site Abritel

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la matinale de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.