Disparition de Delphine Jubillar : séquestrée dans une ferme, morte de froid et de faim... La piste émise par une voyante va être vérifiée© Batard Patrick/ABACA
L'enquête judiciaire autour du meurtre de Delphine Jubillar a officiellement été rouverte le 8 février 2024 par la cour d'appel de Toulouse, cela va permettre de nouvelles auditions et de nouvelles investigations. Parmi elles, le témoignage troublant d'une femme qui se présente comme médium.
Sommaire

Delphine Jubillar, âgée de 36 ans, a disparu sans laisser de traces dans la nuit du mardi 15 au mercredi 16 décembre 2020, laissant derrière elle un mystère encore aujourd'hui irrésolu. Malgré des recherches intensives lancées dans le Tarn,de nombreuses zones d'ombre subsistent dans cette affaire qui a repris le 8 février.

Les zones d'ombre qui persistent

La principale suspecte, Cédric Jubillar, compagnon de l'infirmière, a été mis en examen en juin 2021 pour "meurtre sur conjoint". Il se trouve actuellement toujours en détention provisoire. Bien que la justice le considère comme le principal suspect, la cour d'appel de Toulouse a officiellement rouvert l'enquête judiciaire le 8 février 2024. Ce qui relance de nouvelles auditions et investigations dans l'affaire. Les juges d’instruction Audrey Assemat et Coralyne Chartier, en charge du dossier, ont désormais jusqu’au 4 avril pour "vérifier" le témoignage de quatre témoins.

Trois nouveaux éléments intrigants

Trois éléments retiennent en particulier l'attention des enquêteurs: une conversation téléphonique, le témoignage d'un ancien codétenu, et celui de la mystérieuse médium. Des éléments potentiellement décisifs pour l'enquête.

Trois prénoms évoqués en prison...

Salem K., actuellement détenu à la prison de Lannemezan, dans les Hautes-Pyrénées, purge une peine de 10 ans de réclusion criminelle pour "tentative de meurtre". Le 22 novembre 2023, lors d’une conversation téléphonique avec sa mère enregistrée par l’administration pénitentiaire, il évoque l’affaire Jubillar. Il connaît bien le principal suspect,Cédric Jubillar, car il avait autrefois été placé à l’isolement au sein de la maison d'arrêt de Seysses, en Haute-Garonne.

Lors de cet échange avec sa mère, Salem K. a assuré que, quand il discutait avec Cédric Jubillar à travers la fenêtre de sa cellule, ce dernier aurait évoqué trois prénoms. Or ceux-ci sont tous portés par des proches de Cédric Jubillar :Matthieu G., Sofiane E. et Sébastien A.

Tous ont déjà été entendus en audition libre par les enquêteurs et ne devraient donc pas être réentendus (s’il s’agit bien de ces personnes). En revanche, la mère de Salem K. pourrait également être entendue. En ce qui concerne Salem K., son audition devrait permettre de savoir non seulement pourquoi il a évoqué ces trois prénoms, mais aussi d e savoir s’il détient des informations concernant la disparition de Delphine Jubillar.

Une dalle de béton à inspecter ?

En décembre dernier, un gendarme a recueilli le témoignage d’un individu qui affirmait avoir "des révélations à faire", sur la disparition de la jeune tarnaise. Dans un courrier envoyé au parquet de Toulouse, cet anonyme assure que le cadavre de Delphine Jubillar aurait été dissimulé sous une dalle de béton, dans une maison située à une trentaine de kilomètres du domicile des Jubillar.

D’après nos confrères de La Dépêche, un proche de ce témoin devrait de plus être entendu. Il soutient qu'une pelleteuse aurait disparue au même moment que la jeune fille.Pour finir, et non des moindres, la piste d'une médium.

"En contact avec le corps de Delphine"

Enfin, une médium sera également entendue. Selon cette dernière, Delphine Jubillar aurait été séquestrée dans une ferme proche du lieu de résidence du couple. Elle aurait envoyé, selon Le Parisien,un courrier en 2022 pour informer la justice qu’elle était "en contact avec le corps de Delphine".

Ses visions lui indiqueraient que Delphine Jubillar aurait été enfermée dans une salle froide, à l’intérieur d’une ferme désaffectée. Lors des investigations, les gendarmes s’étaient déjà déplacés pour inspecter les lieux, mais le site n’avait finalement pas pu être examiné. A en croire la voyante, la jeune femme serait arrivée dans ce lieu encore en vie et aurait essayé de se servir de son téléphone. La médium va encore plus loin. Selon ses dires, Delphine serait donc morte à cet endroit "de froid et de faim".

Autre point qui sera également examiné, un portrait-robot décrit par la voyante. Le suspect serait un homme aux cheveux bruns mesurant entre 1,70 m et 1,75 m avec une "particularité aux yeux".