Au micro de BFM TV ce mardi matin, Manuel Valls, le ministre de l'Intérieur, a reconnu qu'il avait "peut-être une fois" consommé du cannabis. Une confession qui fait écho aux récents propos de Barack Obama sur cette drogue. 
©AFPAFP

© AFP

"Avez-vous déjà fumé du cannabis, Manuel Valls ?". A cette question qui lui a été posée ce mardi matin en direct sur le plateau de BFM TV, le ministre de l’Intérieur a choisi de répondre franchement. Après avoir lâché un "non catégorique", il s’est en effet repris pour déclarer, non sans un air gêné : "il peut m’être arrivé d’avoir fumé, peut-être une fois". Conscient de la portée que pourraient avoir ses propos, Manuel Valls a rapidement tenu à repréciser que, peu importe ce qu’il avait pu faire dans sa jeunesse, il "restait favorable à l’interdiction du cannabis".

"Je reste favorable à l’interdiction du cannabis"Et alors que Barack Obama a récemment estimé que "le cannabis n’est pas plus dangereux  que l’alcool" et avoué qu’il avait fumé de l’herbe quand il était jeune, le ministre en a également profité pour lui donner une petite leçon. "Attention, car tout mot d’un responsable public – président des Etats-Unis, un modeste ministre en France – agit sur les jeunes", a ainsi souligné le locataire de la place Beauvau avant de conclure : "Moi je suis favorable et reste favorable à l’interdiction du cannabis car la société a besoin de normes, de règles".

Lors de son interview sur le thème de la drogue récemment accordée au magazine américain The New Yorker, Barack Obama a toutefois mesuré ses paroles en indiquant qu’il avait mis ses propres filles en gardes contre le cannabis et que, malgré son expérience de cette drogue, "c’était une mauvaise idée".

Téléchargez votre guide mutuelle (gratuit) !

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.