Soyez extrêmement vigilant lors de vos achats sur Internet. Des arnaqueurs ont trouvé une nouvelle façon de vous frapper au portefeuille… Et ils pourraient le faire longtemps.

Arnaque en ligne : n’achetez pas de notice d’utilisation sur le net

Les escrocs ont trouvé une nouvelle façon de vous arnaquer. Cette fois-ci, c’est l’Union fédérale des consommateurs (UFC) – Que choisir qui alerte sur les pratiques des malfrats. Ils s’en prennent aux internautes ayant perdu – ou ne possédant tout simplement pas – leur notice d’utilisation pour un produit spécifique. De nombreux sites proposent en effet d’acheter des modes d’emplois pour des sommes que l’association qualifie de dérisoire. Problème ? D’abord, ces notices sont le plus souvent accessibles gratuitement sur le site du constructeur. Mais surtout, ces transactions constituent généralement une distraction pour contraindre l’utilisateur à payer un abonnement autrement plus coûteux…

"J’ai fait appel aux services du site Recherche-notices.fr pour une recherche de notice. J’ai aussitôt été débité de 0,25 euros pour m’informer que la notice n’était pas disponible. Quinze jours plus tard, j’ai constaté que j’avais à nouveau été débité par ce site d’un montant de 49,90 euros", explique une des victimes à l’association UFC – Que Choisir. Ces sites font appel à des abonnements "tacitement reconductible", souscrits au moment de l’achat sans avertir le consommateur. Qui, la plupart du temps, ne reçoit pas le bien pour lequel il a payé…

Publicité
Publicité

Arnaque en ligne : quels sont recours ?

Contre ce type d’arnaque, plusieurs recours existent. Dans certains cas, mais pas tous rappelle UFC – Que Choisir, il est possible de faire valoir son droit de rétractation (article L. 221-18 du code de la consommation). Toutefois, il est possible (et légal) qu’un site vous demande d’y renoncer au moment de payer.

Vous pouvez opter pour une résiliation pure et simple de l’abonnement indûment contracté. Cela suffira à faire cesser les prélèvements mensuels mais ne vous permettra pas de récupérer les sommes perçus par les escrocs.

Pour pouvoir y prétendre vous devrez contester l’abonnement, ce qui est possible même si vous avez reçu la notice. Le vendeur est supposé fournir différentes informations et leur absence permet de déclarer des informations pré-contractuelles non valables. Ce sera alors à lui de prouver qu’il a respecté ses obligations.

En cas de mensonge sur les prix, vous pouvez dénoncer une pratique commerciale trompeuse et si la notice n’est jamais arrivée, il est possible d’assimiler la pratique à une escroquerie au regard de la loi.

Vidéo : Pomme de terre : comment les producteurs vous arnaquent