Stationnement gênant, défaut de présentation au contrôle technique, infraction au code de la route… Votre négligence ou votre comportement au volant peuvent vous valoir l’enlèvement de votre véhicule. Comment procéder si cela vous arrive ? Voici nos astuces.

Manifestez-vous au plus vite

Si, par chance, vous êtes sur place ou arrivez avant que l’enlèvement ne soit effectif, vous pouvez parvenir à négocier, mais seulement à 2 conditions : si le transfert est réalisé avec un camion d’enlèvement, il vous faudra arrêter celui-ci avant que 2 roues au moins de votre véhicule aient quitté le sol ou bien juste avant le début du déplacement vers la fourrière.

En revanche, vous n’échapperez pas aux frais relatifs aux opérations préalables à la mise en fourrière. Vous devrez également vous acquitter de l’amende forfaitaire et rendre immédiatement son usage normal à la voie publique.

Publicité
Publicité

Minimisez les frais

Réclamez votre voiture avant de recevoir, dans les 5 jours, la notification de mise en fourrière par lettre recommandée avec AR, vous permettra de minimiser les frais de garde qui s’élèvent à 6,19 € / jour. Toutefois, prenez garde, car si votre auto a été mise en fourrière pour défaut de contrôle technique ou pour son mauvais état, vous devrez, au préalable, effectuer les réparations nécessaires. Demandez ensuite une autorisation de sortie de fourrière à l’autorité compétente. Après vérification et règlement de la contravention et des divers frais, vous serez autorisé à récupérer votre voiture.

45 jours de délai maximum

Un délai avant "abandon" vous est octroyé, à compter du lendemain de la réception de la notification. Vous disposez généralement de 45 jours pour demander la restitution de votre auto. Cependant, celui-ci peut être réduit à seulement 10 jours. Ce sera en effet le cas si un expert la déclare hors d'état de circuler dans des conditions normales de sécurité, et que sa valeur marchande est estimée à moins de 765 euros. Sous peine de nullité, notez également que cette déclaration doit comporter les mentions obligatoires énumérées à l'article R.325-32 du Code de la route : l'auteur de la décision, les motifs de la mise en fourrière, la fourrière désignée, les délais pour retirer le véhicule, etc. Un double de la fiche descriptive de l'état de votre véhicule doit être joint.

Non réclamé dans les délais impartis, le véhicule sera remis au service des Domaines pour être vendu ou détruit.

Faîtes jouer votre assurance en cas de dégâts

Lors de la restitution de votre voiture, prêtez attention aux dégâts éventuels qui ne figurent pas sur la fiche descriptive. Si vous constatez des différences, mentionnez-les sur place, par document écrit et prenez des photos. Ces preuves pourront vous être très utiles si vous souhaitez faire appel à votre assurance auto.

En vidéo - Un homme refuse que sa voiture soit embarquée par la fourrière