Des dizaines de milliers d'actifs ont été placés au chômage partiel pendant le confinement. D'aucuns s'inquiètent aujourd'hui de la dégradation de la situation épidémiologique et un retour aux solutions d'hier. Mais à quel prix ?
Quel impact aura le chômage partiel sur la pension des retraités de demain ?IllustrationIstock

Certains parlent de bonnes nouvelles ; d'autres y lisent un signe inquiétant : le Conseil d'Etat vient de suspendre, ce jeudi 15 octobre 2020, les dispositions du décret du 29 août dernier, relatif au chômage partiel. Depuis le 1er septembre de la même année, il limitait considérablement les critères de vulnérabilités permettant de se rendre éligible au dispositif, et donc de bénéficier d'un soutien officiel en la matière. 

Initialement, au plus fort de la première vague, l'exécutif avait prévu un panel de onze situations de vulnérabilité nécessitant la mise au chômage partiel d'un salarié ne pouvant pas télétravailler. Le décret a supprimé 7 de ces critères, restreignant donc la liste officielle à quatre unique situations, indique le journal spécialisé en économie Dossier Familial

"Le gouvernement n'a pas suffisamment justifié, pendant l'instruction, de la cohérence des nouveaux critères choisis, notamment le fait que le diabète ou l'obésité n'ont été retenus que lorsqu'ils sont associés chez une personne âgée de plus de 65 ans", attaque le Conseil d'Etat dans son communiqué, avant de poursuivre : "En l'absence d'une nouvelle décision du Premier ministre, les critères retenus par le précédent décret du 5 mai 2020 s'appliquent à nouveau".

Cette nouvelle rassurera certainement les salariés fragiles qui craignent pour leur santé. Pour autant, elle inquiétera peut-être aussi les mêmes qui pensent à leur retraite…

Le chômage a-t-il un impact sur le calcul de la retraite ?

"Les personnes au chômage ou qui ont peur de l'être sont souvent inquiètes car elles pensent qu'en plus de perdre du pouvoir d'achat immédiat leur future retraite en pâtira", rappelle notamment Dominique  Prévert, associé chez Optimaretraite et expert en la matière, dans les colonnes du Monde. Pourtant, en pratique, assure-t-il, il n'y a pas à s'inquiéter. Du moins, pas en temps normal. "Très souvent, une période de chômage n'impacte qu'à la marge la pension", déclare-t-il.

"Pour le régime de base, cinquante jours de chômage donnent droit à un trimestre (jusqu'à quatre par an) : aucun préjudice, donc, par rapport aux quatre trimestres qu'aurait rapportés un an de travail", écrit l'expert, qui souligne tout de même un réel manque à gagner… relatif au calcul du salaire moyen des vingt-cinq meilleures années. "L'impact sera marginal", promet-il tout de même.

Du moins… pour un chômage "normal". Ce qui, en l'occurrence, n'est pas le cas.

LMNP : La solution simple pour économiser de l'argent ! Téléchargez votre guide GRATUIT LMNP

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.