Le gagnant de "Prodiges" est un jeune homme de 16 ans aux capacités rares.
Andréas Perez Ursulet, le gagnant de "Prodiges" 2018 diffusé sur France 2.Capture vidéo

Andréas : sa double tessiture

Andréas Perez Ursulet a seulement 16 ans et pourtant, avec sa voix, il a remporté la cinquième saison de Prodiges, l’émission de France 2 qui récompense de jeunes talents classiques, de la danse à la musique. Au-delà de son âge, Andréas possède une capacité rare : une double tessiture vocale. Il peut ainsi chanter d’une voix de tête très aiguë de contre-ténor, mais aussi d’une voix grave, de baryton. Pendant la finale, il a impressionné le jury composé de la soprano Élizabeth Vidal, le violoncelliste Gautier Capuçon et la chorégraphe et danseuse étoile Marie-Claude Pietragalla.

Publicité

Un prodige qui fait bouger les idées reçues

Sur la scène du Zénith de Montpellier (Hérault), il a d’abord interprété l’Adagio en sol mineur de Tomaso Albinoni puis The Cold song d’Henry Purcell. Face à 13 autres jeunes virtuoses, le jeune homme d’origine martiniquaise et cubaine a vu son rêve se réaliser. Interrogé par Télé Loisirs, il a raconté comment la musique est entrée dans sa vie. "Ma maman m'a raconté, mais j'en ai encore des bribes de souvenirs : la radio diffusait de la musique classique et je me suis arrêté de m'amuser net, j'étais captivé, scotché. Ça me fascinait. Ma mère en voyant ça m'a inscrit dans une petite chorale et depuis je n'ai pas cessé de chanter."

Publicité

Du haut de ses 1 mètre 90, le jeune homme dément les clichés de la musique classique. Il n’a pas baigné dedans, mais se révèle pourtant extrêmement talentueux. Son parrain, Fabrice du Falco, contre-ténor d’origine martiniquaise, est pour lui un exemple pour "ne pas avoir de préjugés sur quoi que ce soit". Gagnant face à la danseuse Chloé et la violoncelliste Lynn, Andréas repart avec une bourse d’étude de 10 000 euros. Son souhait est de devenir chanteur d’opéra. Il travaille 12 heures par semaine pour atteindre cet objectif. L’adolescent qui pratique aussi beaucoup de sports, comme le basket, rêve d’intégrer le conservatoire supérieur de Lyon (Rhône) ou de Paris.