Hold-Up, sorti le 11 novembre 2020, était un documentaire très attendu. Son auteur, l'ancien journaliste Pierre Barnérias, avait pour ambition de raconter le "complot mondial" autour du coronavirus CoVid-19. Mais son travail a été jugé comme étant de la "propagande complotiste".
Ce documentaire sur le CoVid est déjà censuré : il contenait des fake newsIstock

Le film, notamment uploadé sur Dailymotion, a été retiré de la plateforme. C’est parce qu’il s’agit, affirment certains élus à droite, d’un documentaire "qui dérange". C’est en tout cas ce que soutient Alain Houpert, le sénateur Les Républicains de la Bourgogne, qui re-tweetait récemment le message de Martine Wonner, députée Libertés et Territoire interrogée par Pierre Barnérias, l’auteur du reportage.

Mais de quoi parle-t-on, au juste ? Ce film qui fait tant parler de lui en dépit de sa censure s’intitule Hold-Up. Et, sans surprise, il interroge sur l’épidémie de coronavirus CoVid-19 qui frappe le monde entier depuis la fin de l’année 2019. Cependant, l’ancien journaliste qui l’a réalisé ne s’attarde pas seulement sur la gestion de la crise sanitaire en France, assez largement critiquée par ailleurs. Il entend plutôt revenir sur ce qu’il estime être… un "hold-up incroyable", détaille France Info, qui consacre un long article à l'œuvre de 2h40. Pour dénoncer les manœuvres du gouvernement, Pierre Barnérias s’attaque donc à plusieurs médias, à commencer par BFMTV, mais aussi , l’AFP, CNews et TF1, déjà mis à l’amende sur l’affiche du documentaire.

Quel est le problème avec le documentaire de Pierre Barnérias ?

Pendant près de trois heures, le documentaire déroule donc le tapis rouge à ce que la radio présente comme "une galaxie de sceptiques et d’experts en tout genre". Le producteur, Christophe Cossé, qui signe une tribune publiée dans les colonnes de France Soir, n’hésite pas à attaquer durement la politique du gouvernement et à parler sans le dire de mensonge globalisé. Il parle d’un "virus pas plus offensif qu’un autre CoVid saisonnier", dénonce une "idéologie  sanitaire autoritaire" au service d’un exécutif voulant "contraindre à une société de surveillance et de soumission". Et lui d’y voir "une incroyable et phénoménale entreprise de manipulation globale". Avant de tacler les membres du Conseil scientifique, jugés "majoritairement proches des laboratoires pharmaceutiques". Autant de propos qui ont rapidement été identifiés comme "complotistes" par la majorité parlementaire notamment, mais pas seulement.

Comment bien choisir sa mutuelle senior ? - Obtenez votre guide Mutuelle Senior 2020 dès maintenant

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.