Jean-Louis Debré a provoqué un malaise samedi soir dans l’émission de Laurent Ruquier en draguant en direct et avec insistance la journaliste Léa Salamé. Retour sur ce moment gênant.

Une émission Léa Salamé risque de se souvenir encore longtemps. Samedi soir dans "On n’est pas couché", la journaliste s’est en effet retrouvée face à Jean-Louis Debré. Et le moins que l’on puisse dire c’est que l’ancien président du Conseil constitutionnel était en forme ! Visiblement sous le charme de celle qui avait interrogée François Hollande quelques jours plus tôt, l’ami de Jacques Chirac n’a pas hésité à la draguer en plein direct, osant même une allusion graveleuse.

"Mais j’allais sur France Inter uniquement pour vous voir""Je voulais vous rencontrer plus souvent", a-t-il d’abord confié à Léa Salamé, avant de confirmer une information du Canard Enchaîné selon laquelle il aurait récemment décliné une interview radio à la dernière minute car la journaliste n’y aurait pas été présente : "Mais j’allais sur France Inter uniquement pour vous voir (…) Il ne faut jamais désespérer. J’ai toujours un espoir, alors si vous pouvez me dire comment est-ce qu’on fait". Une première sortie que l’animateur Laurent Ruquier a commenté avec humour en déclarant : "Je ne connaissais pas chez vous ce côté Giscard et Chirac, d’aller voir les jolies journalistes". De son côté, celle qui officiait autrefois sur iTélé a affiché un sourire contrit.

A lire aussi VIDEO Jacques Chirac et les jolies filles aux seins nus : l’anecdote croustillante de Jean-Louis Debré

Publicité
Ensuite, et alors que Léa Salamé l’interrogeait sur son candidat préféré pour 2017 – "Votre cœur balance entre Alain Juppé et Bruno Lemaire, vous vous tâtez" - l’ex-président du Conseil constitutionnel a répondu du tac-au-tac : "Je me tâte rarement !". Un sous-entendu en-dessous de la ceinture qui a eu l’air de mettre la journaliste quelque peu mal à l’aise. Et qui n’a pas plu aux internautes. Sur Twitter, nombre d’entre eux ont rapidement dénoncé le comportement "sexiste" de Jean-Louis Debré.

 

Publicité