Deux jours après les attaques de Paris et la Défense, plusieurs témoins affirment avoir vu un homme armé d’un fusil d’assaut en plein centre de Périgueux mardi. Par mesure de précaution, la préfecture de Dordogne a décidé d’y renforcer la sécurité. 

©AFP

Après Paris et la Défense, la panique pourrait bien gagner Périgueux. Un important dispositif de sécurité y a en effet été déployé hier, notamment aux abords des écoles, des médias et des lieux de cultes, après que plusieurs témoins ont rapporté avoir vu un homme armé dans les rues du centre-ville. D’après les témoignages qui ont été recueillis, l’individu portait un foulard remonté jusqu’aux yeux et était armé d’un fusil d’assaut. Une description rendue d’autant plus inquiétante que depuis lundi, les enquêteurs parisiens mènent une traque sans relâche pour tenter de retrouver l’homme soupçonné d’être l’auteur des attaques commises à la rédaction de BFM TV, au journal Libération et près de la Société Générale à la Défense. Se refusant pour le moment à tout quelconque rapprochement entre les affaires de Paris- la Défense et celle de Périgueux, le parquet a souligné qu’il a décidé de renforcer les patrouilles par "mesure de précaution". Et d’insister sur le fait que l’homme n’a eu "aucun geste menaçant envers les passants".

Publicité
Les images de vidéosurveillance analysées La préfecture a par ailleurs donné d’autres indications sur le profil du suspect : il s’agirait d'un homme de type européen, "de grande taille, entre vingt et trente ans, habillé d'une parka de couleur sombre et semblant dissimuler une arme longue de type fusil d'assaut". La préfecture a également indiqué que pour augmenter leurs chances de retrouver l’individu au plus vite, les enquêteurs passent actuellement les images de vidéoprotection des caméras de surveillance de la ville au peigne fin.

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour : 

Publicité