Le réalisateur de "Nous nous sommes tant aimés" est mort mardi dans une clinique à Rome. Il avait 84 ans. 

Ettore Scola, un des plus grand réalisateurs italiens de 1960 à la fin du XXe siècle, est mort mardi à l'âge de 84 ans. Il s'est éteint dans une clinique romaine auprès de sa famille. "Son coeur s'est arrêté de battre par fatigue" ont annoncé ses filles et son épouse au quotidien Corriere della Sera. Il avait été admis dans cette clinique dimanche dernier.

Né en 1931 à Trevico (Campanie), Ettore Scola s'est d'abord passionné pour le dessin satirique, puis il a rapidement manifesté son intérêt pour la scénarisation. Dans les années 1970, il acommencé à réaliser des films alliant grotesque et réalisme. En 1970, il a réalisé Drame de jalousie, l'histoire d'un triangle amoureux dans un quartier pauvre de Rome. Interprété par Monica Vitti, Giancarlo Giannini et Marcello Mastroianni, ce film remportera le prix d'interprétation au Festival de Cannes.

Un succès international 

Avec Nous nous sommes tant aimés, en 1974, Scola connaît un succès international. Ce film retrace le parcours de trois amis : un avocat, un professeur et un prolétaire entre la fin de la guerre et les années 1970. Il met en lumière l'enlisement de la société italienne dans le système démocrate-chrétien et souligne le néoréalisme de l'après-guerre. Ettore Scola, obtient un nouveau prix au festival de Cannes en 1976, celui de la mise en scène, avec le film Affreux, sales méchants.

Publicité
Mais c'est en 1977 qu'il rencontre son plus grand succès avec Une journée particulière. Dans ce film il met en scène la rencontre d'une ménagère romaine et d'un intellectuel homosexuel persécuté par le régime de Mussolini. En parallèle, il diffuse en bruit de fond, des extraits audio d'une rencontre entre Hitler et Mussolini. Au sommet de la gloire, Scola réalise plusieurs films devenus cultes comme La Terrasse, dans lequelle il illustre les désillusions de la gauche italienne ou encore Le Bal qui connait un triomphe en 1983. Cette adaptation d'un spectacle du metteur en scène français Jean-Claude Penchenat rassemble presque un million de spectateurs en France et est nommée aux Oscars. En 2013, il prend sa retraite après son dernier film présenté à la Mostra de Venise, un documentaire intitulé Qu'il est étrange de s'appeler Federico

Un homme engagé 

Le chef du gouvernement italien, Matteo Renzi a partagé son émotion en postant sur Twitter :  "Maître dans l’art d’observer avec acuité l’Italie, sa société et ses changements".

 

En vidéo sur le même thèmeEttore Scola n’est plus, une journée particulièrement triste pour le cinéma 

 

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité