Manuela Gonzalez, connue sous le nom de "veuve noire de l’Isère" a été libérée lundi pour vice de procédure, alors qu'elle avait été condamnée en 2014 à 30 ans de réclusion.

En avril 2014, la "veuve noire de l’Isère", Manuela Gonzalez de son vrai nom, a été condamnée à 30 ans de réclusion criminelle pour le meurtre de son dernier mari en 2008. Elle a fait appel de la décision de la Cour d’assises de Grenoble. Elle a été remise en liberté lundi par la cour d’appel de Grenoble : "Manuela Gonzalez a été libérée par la chambre de l'instruction qui considérait que le délai entre la première instance et l'appel était trop long", a indiqué le parquet général.

Manuela Gonzalez était en détention provisoire depuis mars 2010 pour le meurtre de Daniel Cano, son dernier époux, dont le corps calciné a été retrouvé le 31 octobre 2008 à l’arrière de son véhicule incendié. Les analyses toxicologiques ont révélé la présence de somnifères dans le sang de la victime. L’enquête a rapidement mis en cause sa femme, dont les quatre autres compagnons avaient également succombé d’une intoxication, ce qui lui a valu le surnom de "veuve noire de l’Isère".

A lire aussi - Justice : la "veuve noire de l'Isère" devant les assises

La Cour d’assises de l’Isère est "saturée"

Publicité
Le nouveau procès ne pourra avoir lieu avant la mi-2016 "au plus tôt", d’après le parquet général : "On a une cour d'assises saturée en ce moment". En effet, un procès de six semaines attend la cour d’assises de l’Isère à partir du 2 novembre : il s’agit de celui concernant les jeunes Kevin et Sofiane, tués lors d’une bagarre à Echirolles en septembre 2012. Il devrait monopoliser deux sessions d’assises.

Vidéo sur le même thème : Libération de la "veuve noire de l'Isère" : "On ne peut plus juger dans des détails raisonnables"