Nicolas Huguenin, professeur d’histoire-géographie, a répondu sur Facebook à Nadine Morano suite à ses propos sur la France, un "pays de race blanche". 

Les déclarations de Nadine Morano sur le plateau de l’émission On n’est pas couché, présentée par Laurent Ruquier sur France 2 n’ont pas fini de faire réagir. "Nous sommes un pays judéo-chrétien de race blanche qui accueille des personnes étrangères", "Je n’ai pas envie que la France devienne musulmane, car dans ce cas ce ne serait plus la France", "J’ai envie que la France reste la France", a déclaré l’eurodéputée des Républicains.

Nicolas Huguenin, professeur d’histoire-géographie au Havre, n’a pas du tout apprécié ces propos. Il a publié sur son compte Facebook une lettre ouverte reprenant chaque élément du discours de Nadine Morano.

Voici ce qu’il a indiqué au sujet de la "race blanche" : "Vous parlez de 'race blanche' et de religion, en associant l’une et l’autre. Passons sur le fait que la 'race blanche' n’existe pas, et que plus personne n’en parle depuis que les derniers théoriciens nationaux-socialistes ont été pendus à Nuremberg. Mais associer une religion à une couleur de peau, là, il fallait le faire! Les Albanais sont blancs et musulmans. Desmond Tutu est noir et chrétien. Le pays musulman le plus peuplé du monde est l’Indonésie, habitée par... des jaunes". Le professeur a conclu sa lettre en indiquant : "Votre peur panique de tout changement, de toute modernité, est pathétique".

A lire aussi - "Pays de race blanche" : lâchée par ses "amis", Nadine Morano tente de s’expliquer

Le message fait le buzz sur les réseaux sociaux

Publicité
Depuis sa publication, cette lettre ouverte a été partagée plus de 70 000 fois sur Facebook. De nombreux internautes ont réagi en encourageant le professeur qui les a remerciés : "Merci infiniment de vos messages, de vos compliments, si enthousiastes parfois qu’ils ne peuvent logiquement que me paraître exagérés. Ils me vont droit au cœur. Moins parce qu’ils flattent mon orgueil que parce qu’ils me rassurent : nous sommes des milliers à penser la même chose".