Le parquet de Düsseldorf a annoncé ce jeudi qu'Andreas Lubitz, le copilote de l'A320, s'était intéressé au suicide ainsi qu'aux portes de cockpit sur Internet.

Toujours plus accablant. A mesure que la date du crash de l'A320 s'éloigne, la responsabilité du copilote est de plus en plus certaine. Après avoir appris qu'Andreas Lubitz avait fait une dépression, qu'il avait caché son arrêt maladie à ses employeurs et qu'il avait menti à ses médecins en continuant d'exercer, les enquêteurs ont fait de nouvelles découvertes sur une tablette saisie à son domicile. Selon l'historique de celle-ci, il s'était renseigné sur les manières de se suicider ainsi que sur les mécanismes des portes blindées de cockpits.

Des recherches atterrantes

L'examen d'une tablette trouvée au domicile du tristement célèbre copilote de la Germanwings a porté ses fruits. Les enquêteurs ont ainsi pu analyser les recherches Internet qu'Andreas Lubitz avait faites jusqu'au 23 mars, un jour avant le crash. Selon le parquet de Düsseldorf, il s'était renseigné sur les différentes manières de se suicider. Comme si cette découverte ne suffisait pas, les enquêteurs ont également remarqué qu'il avait épluché les mesures de sécurité des portes blindées de cockpits.

A lire aussi - Dépression, coup de folie : Andreas Lubitz, le grand mystère du crash de l'A320

Un crash prémédité ?

Publicité
La responsabilité d'Andres Lubitz dans le crash survenu le 24 mars ne fait plus aucun doute. La première boite noire et l'enregistrement qu'elle contenait permettaient déjà de tirer cette conclusion. Plus encore, les récents éléments découverts par les enquêteurs, tels que les divers mensonges du copilote, laissent à penser qu'il se serait suicidé. Mais les accablantes recherches effectuées par Andreas Lubitz peu avant le crash constituent une nouvelle étape dans les accusations qui lui sont portées. Et si Andreas Lubitz avait prémédité ce crash ? Rien n'est encore certain cependant.

Vidéo sur le même thème - Crash de l'A320 : Andreas Lubitz filmé aux commandes d'un planeur dix ans plus tôt