Le CSA a rendu public les erreurs commises par les radios et télévisions lors de la couverture des attentats perpétrés à Paris.

Dans le cadre du traitement médiatique des attentats de Paris, le Conseil Supérieur de l’audiovisuel (CSA)  avait réuni le 15 janvier les responsables radios et télévisions. Après avoir étudié 500 heures de programmes, le CSA a relevé 36 manquements  aux règles de la communication audiovisuelle. Il a adressé 21 mises en demeures et 15 mises en garde, comme le rapporte Le Monde.

Lire aussiAttentats à Paris : les médias auraient-ils informé les terroristes ?

Les mises en demeure impliquent que les médias seront sanctionnés s’ils commettent à nouveau des dérapages. La plupart des chaînes de télévision sont concernées par ces mises en garde ou demeure ainsi que six radios dont France Info et France Inter qui ont toutes les deux l’intention de déposer un recours. Les chaînes d’information comme BFMTV et LCI, qui ont bénéficié d’une forte audience durant les événements, sont celles qui ont été le plus épinglées.

Les raisons de ces mises en garde sont les suivantes :

La diffusion d’images issues de la vidéo montrant le policier abattu par les terroristes et du déroulement des opérations en cours, alors que les terroristes étaient encore retranchés à Dammartin-en-Goële et à l’Hyper Cacher de la Porte de Vincennes ainsi que celles de l’assaut mené par les forces de l’ordre.

La divulgation d’éléments permettant l’identification des frères Kouachi ainsi que celle de l’identité d’une personne mise en cause comme étant l’un des terroristes.

L’annonce que des affrontements contre les terroristes avaient lieu à Dammartin-en-Goële alors qu’Amedy Coulibaly était encore retranché à la Porte de Vincennes.

Publicité
La diffusion d’informations concernant la présence de personnes cachées dans des lieux de retranchement des terroristes, alors que les assauts n’avaient pas encore été menés par les forces de l’ordre et qu’un risque pesait donc toujours sur leur vie.

Vidéo sur le même thème : Caroline Fourest censurée par Sky News pour avoir montré la une de Charlie Hebdo en direct