Un sondage révèle l’exaspération de nombreux citoyens face aux restrictions de plus en plus grande des libertés en matière de sécurité routière notamment.

Comme l’indique Le Figaro, selon un sondage réalisé par l’Institut Viavoice pour La Revue civique, les interdits et contraintes exaspèrent de plus en plus les Français. A tel point que certains estiment que ces restrictions "donnent envie de faire ce qu’on ne devrait pas", autrement dit outrepasser la loi.

Dans le détail, les personnes interrogées sont 35 % à mettre les restrictions en matière de sécurité routière en haut du classement. Il faut dire que le 1 juillet, de nouvelles mesures ont été annoncées comme l’interdiction de porter une oreillette, de se maquiller ou de manger un sandwich en conduisant.

A lire aussi - Ce que vous ne pouvez plus faire au volant

L’OMS appelle à une hausse des prix du tabac…

Les Français sont ensuite 29% à placer en deuxième position les législations en matière de consommation (alcool, tabac, etc.). Dernièrement, le taux d’alcoolémie est passé de 0,5 g d’alcool par litre de sang à 0,2 g pour tous les jeunes permis et l’Organisation mondial pour la santé (OMS) a appelé les pays membres, dont fait partie la France, à augmenter le prix des paquets de cigarettes pour combattre le tabagisme.

Viennent ensuite le sentiment d’être écouté et les outils de vidéosurveillance (25%) et enfin la surveillance sur Internet (14%). Des résultats sans doute induits par l’adoption récente de la controversée loi sur le renseignement qui accorde plus de marges de manœuvre au service de renseignement français. Certains, à droite comme à gauche, craignent à terme que cette loi aboutisse à "une surveillance de masse" des citoyens, notamment via Internet.

Un sentiment de rébellion en retour

Publicité
En réaction à ces interdits, huit Français sur dix estiment qu’ils "donnent envie de retrouver une part de liberté". "Ce qui me frappe, c'est le développement d'un monde souterrain, un univers de libertés occultes et transgressives, commente François Miquet-Marty, président de Viavoice. Il y a finalement un effet pervers, puisque 45 % des Français pensent que cela donne envie de faire le contraire de ce qui est demandé ! Il existe un malaise, voire une exaspération, notamment chez les plus modestes, face à des messages à sens unique de la France d'en haut vers celle d'en bas."

Vidéo sur le même thème : Sécurité routière : Sam et Terminator unis pour sauver des vies