C’est après l’annonce notamment de la suppression de 2 900 postes dans la compagnie aérienne que la situation a dégénérée…

Les images ont désormais fait le tour de l’Europe. Lundi après-midi, le DRH de la compagnie aérienne a été molesté par des manifestants : l’homme a dû s’extraire tant bien que mal de la foule contestataire, escaladant une grille avec la chemise en lambeaux.

A lire aussiAir France : lynché par des salariés, le DRH raconte ce qui s’est passé

A ce moment-là se déroulait le comité central de la compagnie aérienne où son PDG, Frédéric Gagey, annonçait les mesures d’économies envisagées dans un "plan B", actionné après "l’échec des négociations avec les syndicats de pilotes sur des mesures à mettre en place pour réduire de 170 millions d’euros les coûts des pilotes.", rappelle La Tribune.

Réductions de vols, du nombre d’avions et de postes

A travers ce "plan B", Air France a annoncé la réduction de 10 % de son activité long-courrier et sa volonté de "réduire ses capacités de manière saisonnière" : en tout, 22 lignes pourraient être fermées ou voir leurs fréquences réduites en 2017. En clair, la compagnie va adapter sa flotte en fonction des flux de passagers : plus nombreux en été, et plus rare en hiver.

La compagnie a aussi fait part de sa volonté de diminuer sa flotte aérienne en diminuant celle-ci de quatorze appareils d’ici à 2017 tout en négociant avec Boeing l’annulation de sa commande de long-courriers 787 pour faire une économie de 1,4 milliard d’euros.

Publicité
Enfin, la direction d’Air France veut supprimer 2 900 emplois, dont 300 de pilotes, 900 d’hôtesses et stewards et 1 700 parmi le personnel au sol. Moins que des licenciements, la compagnie espère que les suppressions de postes se feront sous forme de départs volontaires.

Vidéo sur le même thème : Incidents chez Air France : Hollande dénonce des violences "inacceptables"