Alors la présidente du Front National a perdu son permis de conduire il y a deux ans, Le Canard Enchainé révèle cette semaine que sa mère, Pierrette Lalanne, serait responsable de certaines des infractions qui lui sont reprochées.

Nouveau rebondissement dans l’affaire du retrait du permis de conduire de Marine Le Pen. Le Canard Enchaîné apporte cette semaine des éléments qui, non seulement confirment la version de la présidente du Front National selon laquelle elle n’était pas au volant de son véhicule à chaque fois que des infractions ont été commises en 2012, mais révèlent également l’identité de cette personne qu’elle aurait cherché à protéger.

A lire aussi – Les politiques, leur chauffeur et le code de la route : c’est pas toujours ça

Pour des "excès de vitesse et autres feux rouges brûlés"Selon l’hebdomadaire satirique, cette personne ne serait autre que Pierrette Lalanne, sa mère. Les ex-époux Le Pen se sont séparés en 1987. "Ce qui est sûr, c’est que je ressens cette situation comme une grande injustice car ça n’est pas moi qui conduisais. Moi je trouve que c’est honorable de ma part de ne pas avoir dénoncé les coupables", a d’ailleurs déclaré Marine Le Pen il y a quelques jours en marge d’un déplacement dans le Puy-de-Dôme, laissant ainsi pensé qu’elle couvrait son chauffeur. En réalité, la présidente du FN tentait de protéger sa mère, alors âgée de 77 ans, pour des "excès de vitesse et autres (faits de) feux rouges brûlés" que celle-ci aurait commis au volant de son véhicule il y a deux ans et qui auraient ensuite conduit au retrait de son permis de conduire.

A lire aussi – Ces choses que vous ignorez peut-être sur le clan Le Pen

Publicité
L’avocat aurait finalement été payéLe Canard Enchaîné aurait eu accès à cette information en consultant une lettre écrite par l’avocat de la frontiste à "l’officier du ministère public" un mois et demi après que Marine Le Pen a perdu son permis. Quant à l’avocat qu’elle avait sollicité pour l’aider à récupérer son fameux carnet rose et qu’elle n’aurait pas payé (Canard Enchainé de la semaine dernière), l’hebdomadaire satirique rapporte ce mercredi qu’il aurait finalement reçu les 3000 euros que lui devait Marine Le Pen le jour-même où l’information de ce non-paiement est sortie dans la presse. "Ultime farce", commente le journal.

Vidéo sur le même thème - Propos de Jean-Marie le Pen: La fille a-t-elle "tué le père" ?