Les Roms "ont vocation à revenir en Roumanie ou en Bulgarie", avait affirmé Manuel Valls en novembre dernier. La plainte ensuite déposée par la Mrap contre le ministre de l'Intérieur suite à ces propos a été classée sans suite jeudi.

© AFP

La plainte déposée en novembre contre le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, par la Mrap (Mouvement contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples) a été classée sans suite ce jeudi. La comission des requêtes de la Cour de justice de la République a notamment estimé  que "les propos incriminés s'insèrent dans un débat d'intérêt public, relatif au problème, qualifié par le ministre de "difficile et complexe", de l'intégration des Roms".

Le pensionnaire de l'Hôtel Beauvau avait déclaré, le mardi 24 septembre dernier, au micro de France Inter que les Roms "ont des modes de vie extrèmement différents des nôtres et qui sont évidemment en confrontation". Manuel Valls avait aussi affirmé que les Roms "ont vocation à revenir en Roumanie ou en Bulgarie".

Jean-Marie Le Pen condamné

Publicité
De son côté, Jean-Mare Le Pen a été condamné à 5000 euros d'amende ce jeudi pour ses propos sur les Roms par le tribunal correctionnel de Paris pour "injure à caractère raciale". Le 22 septembre 2012, à l'université d'été du Front national à la Baule (Loire-Atlantique), le président d'honneur du FN s'était moqué des gens du voyage en leur attribuant cette phrase : "Nous, nous sommes comme les oiseaux, nous volons naturellement".

Manuell Valls en visite à Marseille (Bouches-du-Rhône):

Publicité